Réaction

Rigueur et objectivité svp

Partager

Le Soleil

Dernièrement, le réseau TVA, Le Journal de Montréal ainsi que Le Journal de Québec, ont présenté une série de reportages décrivant les fonctionnaires comme étant à la fois mieux rémunérés que dans le privé et bénéficiant de régimes de retraite nettement plus avantageux. Ces reportages surviennent alors que le gouvernement du Québec s'apprête à déposer un budget. Nous croyons que cette coïncidence n'est pas fortuite. Bien que nous soyons convaincus que la population serait la grande perdante, nous ne contestons pas le droit du propriétaire de ces médias à adopter une ligne éditoriale en faveur d'une diminution des dépenses publiques. Cependant, nous nous serions attendus à une plus grande rigueur et à une véritable objectivité de la part de ces médias.

Rappelons d'abord que les données les plus fiables sur les salaires et la rémunération globale sont celles fournies par l'Institut de la statistique du Québec. En matière de rémunération, cet organisme gouvernemental est chargé par le gouvernement de fournir des comparaisons objectives entre le public et le privé. Or, malgré ce fait, les médias en cause ont traité avec beaucoup de légèreté les chiffres de l'ISQ, préférant mettre l'emphase sur ceux d'une association patronale, servant ainsi les intérêts de cette dernière au détriment de l'intérêt public. Le procédé est plus que douteux.

Si les conditions de travail et salariales des serviteurs de l'État sont si attrayantes, alors pourquoi un sondage récemment commandé par le Conseil du trésor démontre-t-il que le gouvernement du Québec se classe bon dernier comme choix d'employeur, derrière le gouvernement fédéral (1), le secteur privé (2), le statut de travailleurs autonome (3) et les réseaux de la santé et de l'éducation (4) ? Pourquoi le gouvernement du Québec a-t-il dû transformer le ministère du Revenu en Agence hors fonction publique, afin de permettre à ses dirigeants de mettre à jour les salaires du personnel professionnel ? Pourquoi le ministère des Transports, dépouillé de son expertise, laissant ainsi libre cours aux abus de la sous-traitance, est-il incapable d'engager les employés qui vont lui permettre de regagner l'expertise nécessaire à l'accomplissement de sa mission ? Et que dire de la CARRA qui ne parvient pas à engager le personnel interne pour remplacer le coûteux personnel externe fourni par la firme informatique LGS ? Disons-le franchement, la principale motivation d'un employé de l'État n'est pas le salaire, mais bien le désir de servir ses concitoyens, comme l'ont récemment souligné tant monsieur Charest lors de son départ que madame Marois lors de son arrivée en poste comme première ministre.

Présenter les retraités du secteur public comme étant des riches rentiers est un autre procédé douteux. Passons outre le fait que nous sommes étonnés que certains souhaitent une plus grande instabilité des revenus de retraite des personnes salariées du secteur public. Ne devrait-on pas plutôt s'attaquer, justement, aux problèmes qu'entraînent la faiblesse et l'instabilité des revenus pour bon nombre de nos aînés ? Jouer l'avenir des revenus de retraite à la roulette russe de la bourse est un choix que nous refusons pour notre part de cautionner. Il n'en demeure pas moins qu'un portrait plus global, donc moins biaisé, aurait été de mise.

On aurait ainsi pu préciser que la rente moyenne du RREGOP en 2010 était de 17 767$. Cela signifie que bon nombre de retraités du secteur public sont loin d'être de riches rentiers. Quant aux autres, ils ont des revenus décents qui leur permettent de vivre une retraite bien méritée sans se soucier des lendemains. A-t-on calculé les économies en soins de santé que l'on réalise en leur assurant de tels revenus ?

Encore une fois, nous ne contestons pas les choix éditoriaux des médias détenus par Québecor. Ce à quoi nous nous attendons toutefois, et cela vaut pour tous les médias, c'est au respect des règles journalistiques. Il nous apparaît que ces règles ne sont pas toujours respectées dans les médias de Québecor. Faut-il s'étonner que cette entreprise ait choisi de quitter le Conseil de presse du Québec ?

Richard Perron

Président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer