Point de vue

Faire les choix qui s'imposent

Si, entre autres, le prochain budget maintient la... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Si, entre autres, le prochain budget maintient la taxe santé au-delà de 2014, ou ne présente pas de mesures crédibles pour combler le retard économique du Québec, la Coalition votera contre.

Photothèque Le Soleil

Partager

Le Soleil

Le gouvernement Marois a annoncé qu'il déposerait un budget le 20 novembre prochain. Il faudra attendre le détail pour se prononcer sur son contenu de manière définitive, mais le contour se révèle depuis des semaines.

Porté au pouvoir en position minoritaire, le gouvernement a le choix : il peut proposer un budget qui respecte ses promesses, incluant l'abolition de la taxe santé et le retour à l'équilibre budgétaire, ses promesses.

Si l'on se fie aux signaux récents, le Parti québécois s'apprête à choisir la deuxième option.

La Coalition avenir Québec considère que les contribuables québécois sont les plus imposés d'Amérique du Nord, qu'ils traînent une dette préoccupante, que leur gouvernement doit assainir ses finances en s'attaquant prioritairement à ses dépenses, et qu'il est urgent de relancer notre économie.

Cette situation dure depuis trop longtemps. Ni le Parti québécois ni le Parti libéral n'ont eu le courage de prendre les décisions qui s'imposent. L'immobilisme est d'autant plus intolérable dans un contexte où les Québécois apprennent chaque semaine des histoires de copinage, de corruption et de gaspillage, qui ébranlent la confiance des citoyens envers leur gouvernement. Madame Marois vit dans une dimension parallèle si elle croit que les contribuables accepteront docilement un budget qui haussera les impôts alors même qu'ils sont horrifiés par la désinvolture avec laquelle on semble gérer les fonds publics.

Pour sortir de l'impasse, la Coalition propose une approche qui abolirait la taxe santé en 2014, pour tous les Québécois, et qui redresserait les comptes publics par une réorganisation responsable des dépenses, sans alourdir la charge fiscale des contribuables ou les dresser les uns contre les autres.

La perte engendrée par l'abolition de la taxe santé se chiffre à près d'un milliard de dollars sur deux ans. Ce manque à gagner pourrait être compensé de plusieurs manières, incluant une réduction des dépenses à Hydro-Québec, l'allégement de la bureaucratie en santé et en éducation, une révision des crédits d'impôts aux entreprises, et des économies significatives dans l'approvisionnement, notamment en technologies de l'information.

Le gouvernement doit aussi déposer rapidement un plan de relance économique pour réduire l'écart de prospérité du Québec avec ses voisins d'Amérique du Nord, ainsi qu'un projet de réforme de certains régimes, en particulier concernant les retraites.

Ces actions sont constructives. Elles visent à préserver la qualité et la pérennité de nos services, et à donner au Québec les moyens de ses ambitions. À l'inverse, les signaux entourant le prochain budget annoncent le pire des deux mondes : des hausses d'impôts et des risques de coupures dans les services, et aucune réforme sérieuse d'un système qui court à sa perte. Ce n'est pas en réduisant les budgets de tous ses ministères pour préserver les bureaucraties en place que le gouvernement confrontera nos problèmes économiques fondamentaux. Pour plusieurs, ce manque de courage ne fait que confirmer l'impression que le Parti québécois est devenu le dernier retranchement des défenseurs du statu quo.

Or, la situation du Québec exige une politique plus ambitieuse. Pour cette raison, si le prochain budget (1) hausse les impôts de quiconque, (2) abandonne le retour à l'équilibre 2013-2014, (3) maintient la taxe santé au-delà de 2014, ou (4) ne présente pas de mesures crédibles pour combler le retard économique du Québec, la Coalition votera contre.

Notre système doit être modernisé pour affronter le 21e siècle avec confiance et liberté. Visiblement, les vieux partis n'ont plus le courage et l'imagination nécessaires pour faire le travail qui s'impose. La Coalition, elle, propose de ramener l'intégrité et la prospérité au coeur de notre vie publique, pour redonner espoir à tous les Québécois, ceux d'aujourd'hui et ceux de demain.

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec

Christian Dubé, porte-parole en matière de finances

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer