Point de vue

Une condamnation qui dérange

Gabriel Nadeau-Dubois à son arrivé au palais de... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Gabriel Nadeau-Dubois à son arrivé au palais de justice de Québec, vendredi matin

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partager

Le Soleil

La condamnation du jeune Gabriel Nadeau-Dubois pour outrage au tribunal dérange. Elle remet en cause les fondements de notre système de justice en ce que, d'une certaine façon, elle brime les droits d'expression et d'association. Rappelons que notre bouillant leader étudiant avait choisi d'inciter les étudiants à défier la loi suite à l'injonction interdisant les lignes de piquetage devant les campus. Mais devant l'urgence de la situation, avait-il vraiment le choix?

Accepter l'injonction les bras croisés aurait voulu dire créer chez les étudiants des dissensions graves qui auraient pu mener à l'anarchie complète à l'intérieur du campus. En effet, sans piquetage pour garantir le respect des décisions de la majorité étudiante, que se serait-il passé dans les classes et les couloirs de l'université? Aurait-on assisté au lynchage de profs ou d'étudiants? Et à quoi bon, se seraient aussi dit plusieurs, participer à un long et pénible processus démocratique si, d'entrée de jeu, n'importe quel hurluberlu peut tout de go faire avorter les décisions prises en assemblée en ayant simplement recours aux tribunaux?

En tant que porte parole de la CLASSE, il fallait que Gabriel Nadeau-Dubois, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité, exprime rapidement son opposition à cette injonction et réaffirme clairement sur les ondes de RDI les choix pris lors des assemblées étudiantes, choix démocratiques qui étaient clairement en faveur du maintien du boycottage des cours et donc forcément à contre courant de toute interdiction de piquetage.

Par la condamnation du geste de Gabriel Nadeau-Dubois, c'est la présence même du sujet-citoyen responsable et solidaire des autres qui est remis en cause. Il faut dire cependant que dans le contexte néolibéral qui est de nos jours nôtre, les citoyens ont plutôt tendance à suivre la vague individualiste à la mode. Ainsi, beaucoup optent pour la formule du sauve-qui-peut: absolument non solidaires des autres, chacun tente individuellement de faire son chemin du mieux qu'il peut et comme il le peut c'est-à-dire en se foutant royalement de l'ensemble de ses concitoyens.

Tout citoyen revendicateur de décisions prises en associations risque alors d'être considéré comme une entrave à éliminer. Il faut comprendre qu'aujourd'hui la notion de progrès ne passe plus nécessairement comme autrefois par l'idée du développement social et du bien commun, mais plutôt par celle d'une croissance rapide et illimitée basée sur un travail individuel acharné afin de déjouer les contraintes du marché. Chacun de son côté doit alors pouvoir accéder au monde de la production le plus vite possible pour damer le pion à l'autre et se faire le plus d'argent possible. C'est ce qui a motivé l'étudiant Morasse dans sa demande d'injonction pour interdire les lignes de piquetage afin d'avoir accès coûte que coûte à ses cours.

Pour plusieurs d'entre nous, l'économie libérale de même que l'initiative individuelle sont des principes sacrés et au dessus de tout que l'on ne saurait critiquer ou attaquer sous aucune considération. C'est là de plus en plus aujourd'hui l'ordre prioritaire et tout discours qui y contrevient est qualifié d'idéologique donc, forcément... d'illégitime et de subversif! Dans un tel contexte, le discours du valeureux Gabriel Nadeau-Dubois peut dès lors apparaître à certains hasardeux ou carrément déconnecté de la réalité. Mais l'est-il vraiment tant que cela? Où en sommes-nous exactement au Québec dans l'acceptation de ces dits principes néolibéraux? À la lumière de la commission Charbonneau, on peut sûrement se poser la question.

Pierre Desjardins, philosophe

Montréal

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer