Le Québec n'a pas d'argent... Vous voulez rire?

Depuis 1995, le Québec a accordé entre 75 et 120 milliards de dollars en subventions aux entreprises, selon différentes études. Après l'échec du Oui, en 1995, Lucien Bouchard devient premier ministre et met en place l'agenda néo-libéral du Parti québécois (PQ) sous le slogan du «déficit zéro». Le rôle de l'État change de façon radicale et la social-démocratie en prend un coup. Remplacé par Bernard Landry, l'État se positionne de plus en plus comme la vache à lait de la grande entreprise, non plus sous forme de garanties de prêts par les banques ou de prêts par la Caisse de dépôt, mais sous forme de subventions directes et indirectes, et de crédits d'impôt. Sans le savoir, le contribuable va payer une bonne partie des salaires des Ubisoft, CGI, IBM, GM, Vidéotron ou Olymel de ce monde... La plupart des Québécois ignorent même qu'ils paient entre 60 et 65% des salaires de recherche des grandes compagnies pharmaceutiques, qui nous revendent les médicaments à gros prix.

L'arrivée du Parti libéral (PLQ) au pouvoir n'a rien arrangé. Jean Charest met en place les concepts de réingénierie de l'État et de partenariat public-privé. Le démantèlement de l'État s'accentue avec son lot de favoritisme, de collusion et parfois même de corruption. Convenons que le tout était déjà commencé sous l'ancien gouvernement péquiste. L'opposition Marois ne propose rien de nouveau et se garde de remettre en question sa position économique qui, dans les faits, se confond avec celle du PLQ.

En 2010, Pierre Duhamel, journaliste économique au magazine Argent, dénonçait le système de subventions, et affirmait que bien que «les sorties d'argent sont énormes, 3,6 milliards $ par année au Québec, les retombées sont de plus en plus intangibles.» D'autres économistes avancent que le vrai total atteint presque 8 milliards $, en y incluant les subventions indirectes, prêts sans intérêt, électricité vendue à rabais aux alumineries et crédits d'impôts ciblés. Environ 1,3 milliards $, selon les documents du gouvernement. Sans compter 5 milliards $ de subventions d'Ottawa, selon certaines études. Un joli magot sorti de la poche des contribuables, qui retourne majoritairement dans la grande entreprise et est redistribué en partie sous forme de bonis et de dividendes aux gestionnaires et aux actionnaires. Les bénéficiaires de l'aide sociale ne sont peut-être pas ceux que certains animateurs de radio dénoncent... Les gouvernements Bouchard, Landry et Charest avaient là une marge de manoeuvre qu'ils n'ont jamais utilisée. Ils ont préféré couper dans l'éducation, la santé et la justice, et taxer la classe moyenne. Toutes les dépenses sont scrutées à la loupe par les médias sauf ces subventions. Il faut dire qu'elles ne sont même pas comptabilisées globalement et qu'elles sortent au compte-gouttes.

Le Québec a-t-il les moyens de subventionner à ce point l'entreprise privée, quand le poids des intérêts payés sur la dette est de 7,8 milliards $ annuellement? Un gouvernement a-t-il la légitimité de le faire sans en informer clairement la population en débat électoral? Sans hésitation, la réponse est non. Pourtant, ni le PQ, ni le PLQ, ni l'ADQ, ni même le parti fantôme de François Legeault, ne se positionnent sur ce point. On gave les entreprises depuis 15 ans. Payant électoralement et payant pour les caisses électorales des partis! L'État s'est placé une situation intenable: chacun veut sa part du gâteau. L'amphithéâtre de Québec en est un bel exemple. Qu'on soit d'accord ou non avec son programme, il faut admettre qu'Amir Khadir est le seul à se tenir debout à l'Assemblée nationale et à dénoncer ces gaspillages dont personne ne parle.

Michel Lemay, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer