Le sacrifice de Stéphanie Raymond

Le chef d'état-major de la Défense nationale, le... (Archives La Presse canadienne, Lars Hagberg)

Agrandir

Le chef d'état-major de la Défense nationale, le général Jonathan H. Vance

Archives La Presse canadienne, Lars Hagberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Le chef d'état-major de la Défense canadienne, le général Jonathan H. Vance, s'est odieusement servi du dossier de Stéphanie Raymond pour protéger l'image de l'armée. Et c'est peine perdue.

Une commission avait été mise sur pied pour enquêter sur le traitement qu'elle a subi après avoir déposé une plainte de harcèlement contre un supérieur.  L'armée lui a d'abord refusé la promotion qu'elle demandait et ensuite, au lieu d'acquiescer à sa demande de libération volontaire, on lui a plutôt imposé une libération obligatoire en la déclarant inapte à continuer son service pour cause d'inconduite. 

La commission a conclu que le dépôt de cette plainte de harcèlement a bel et bien altéré la suite de sa carrière. 

Mais seuls Stéphanie Raymond et son avocat ont eu accès à une copie du rapport. Le reste du pays devra se contenter de la table des matières, car c'est tout ce qu'on trouve dans la version publiée par la Défense nationale. Il en faut du culot pour diffuser 60 pages blanches et appeler ça un rapport. 

Mais le chef d'état-major Vance ne pouvait pas se contenter de mettre le couvercle sur cette marmite. Il lui fallait en plus désamorcer ses conclusions. Dans une lettre qu'il a envoyée à Mme Raymond, il informe en effet celle-ci qu'il ne voit pas de lien concluant permettant de croire que le déroulement sa carrière a souffert suite à la plainte. 

Il était pourtant de son devoir de se déférer au jugement d'une commission qui a entendu 46 témoins, et consulté plus de 160 documents, plutôt que de substituer son jugement arbitraire au leur. 

Le rapport final a été présenté au commandement en juillet 2016. Pourquoi a-t-on attendu presque un an avant d'en remettre une copie à la principale intéressée?

M. Vance dit reconnaître les sentiments d'insatisfaction, la frustration, l'abandon qu'a dû ressentir Stéphanie Raymond, mais de telle façon qu'il laisse sous-entendre qu'elle a pu imaginer les injustices subies. Une autre façon de tourner le fer dans la plaie.

Plus tôt cette année, en février, le chef d'état-major déplorait, dans un discours, le traitement réservé par les médias aux forces armées dans le dossier du harcèlement sexuel. «Plus je suis transparent sur nos efforts pour améliorer les choses, plus on perpétue le mythe selon lequel les femmes qui s'enrôlent dans les forces seront agressées ou violées.» 

C'est plutôt ça qui le préoccupe, l'image de l'institution, bien plus que le sort réservé à cette femme dont, cyniquement encore, il vante le courage dans sa lettre. 

Le général Vance veut  donner l'impression que la situation est sous contrôle, grâce à l'opération Honour, visant à éliminer les comportements sexuels dommageables et inappropriés, et à la mise sur pied du Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle, qui n'aura pas l'indépendance que voulait lui donner l'ex-juge Marie Deschamps. 

C'est peut-être pour ça aussi que, le jour même où la Défense nationale annonçait la remise du rapport, elle publiait un autre communiqué faisant état d'accusations d'agression sexuelle portées contre un officier supérieur à Kingston. 

Le dossier de Stéphanie Raymond n'était qu'un élément dans une stratégie de relations publiques visant à défendre l'image de l'institution. L'ex-militaire n'avait certainement pas l'intention de se sacrifier à cette cause, alors d'autres s'en sont chargés pour elle.  

Le commandement l'armée doit faire mieux pour démontrer qu'il fait partie de la solution et non du problème.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer