Une enquête pas comme les autres

La commissaire en chef de l'Enquête nationale sur... (Archives La Presse canadienne, Sean Kilpatrick)

Agrandir

La commissaire en chef de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, Marion Buller

Archives La Presse canadienne, Sean Kilpatrick

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (FFADA) est mal partie, mais il est encore trop tôt pour lui retirer notre confiance.

Une organisation qui s'attaque à un problème aussi vaste et complexe a certainement droit à l'erreur. La commissaire en chef, Marion Buller, a reconnu la semaine dernière que la commission n'avait «pas communiqué ses travaux clairement et de façon opportune.»

C'est une façon élégante de dire qu'elle a failli à un volet majeur de sa mission, jusqu'ici. Sur ce plan, la commission a désormais épuisé la marge d'erreur dont elle disposait. Il ne peut plus y avoir d'excuses, neuf mois après la nomination des commissaires, et à quelques jours des premières audiences qui se tiendront à Whitehorse, pour ne pas informer adéquatement les familles et les groupes qui seront au coeur de cette démarche attendue depuis des décennies. 

Si cette lacune n'est pas maintenant corrigée, il faudra se poser des questions sur la capacité des commissaires à mener à bien leur mandat, mais on n'en est pas encore là, malgré les critiques de plusieurs qui comparent, injustement, ces travaux à une «farce».

Mme Buller a expliqué de façon éloquente les défis particuliers qui se posent à eux. L'enquête doit respecter des traditions, des cultures qui varieront d'un endroit à un autre; elle doit mettre en place des outils pour s'assurer que les personnes ne soient pas retraumatisées lorsqu'elles auront à témoigner; ces personnes doivent pouvoir s'exprimer - et être comprises - dans leur propre langue; ces témoins seront meurtris par le deuil, il y aura des travailleuses du sexe, des sans-abri, avec qui il est difficile d'entrer en contact et d'assurer un suivi. 

Toutes ces raisons font que cette commission ne peut pas être comme les autres. Elle plonge dans un monde douloureux où les repères sont parfois inexistants. 

Les commissaires auraient pu mettre en branle une commission de type judiciaire très rapidement, ce ne sont pas les précédents qui manquent, a expliqué Mme Buller. «Mais nous voulons une approche autochtone et dé-colonisée qui ne ravivera pas les plaies».  

Les audiences de cette semaine offriront enfin un premier aperçu de ce à quoi devrait ressembler l'exercice. Une partie importante des travaux se déroule toutefois en dehors des projecteurs. Même s'il n'y aura pas d'autre audience avant l'automne, la Commission aura fort à faire pendant les mois à venir, car la commissaire en chef entend malgré tout respecter la première échéance prévue pour le dépôt d'un rapport intérimaire, en novembre prochain. 

Ce qu'on sait déjà, par contre, c'est qu'il sera impossible de respecter ses échéances, et son budget aussi fort probablement. On peut s'en désoler, mais ce n'est pas vraiment dans ces termes qu'on jugera du succès, ou non, de la démarche. 

Les commissaires ont une tâche démesurée à accomplir. Ils doivent apporter du réconfort, offrir des solutions et faire la lumière sur un problème quasi endémique de notre société, un héritage du colonialisme, du racisme, de la pauvreté, et du désespoir. 

Quiconque a cru qu'on pourrait boucler tout ça à l'intérieur d'un échéancier et d'un budget arbitraires se berçait d'illusions. La Commission n'a pas encore déposé une demande de prolongation ni une révision de son budget. Elle devra le justifier, mais laissons-lui le temps de faire ses preuves.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer