Le mauvais citoyen de Cap-Rouge

Les propriétaires d'Anacolor savent depuis longtemps ce qu'ils... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Les propriétaires d'Anacolor savent depuis longtemps ce qu'ils devraient faire pour être en règle. Cela fera bientôt trois ans que le ministère de l'Environnement leur a demandé d'installer un système d'épuration de ses émissions atmosphériques, ce qui n'est toujours pas fait.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Rien n'annonce un règlement rapide du problème que pose l'opération d'une usine de peinture dans un quartier résidentiel et patrimonial de Cap-Rouge. Il le faudrait pourtant, ce dossier traîne depuis beaucoup trop longtemps.

Par son entêtement, la compagnie Anacolor court le risque de creuser sa propre tombe. Ce n'est pas ce que l'on souhaite. Les propriétaires savent depuis longtemps ce qu'ils devraient faire pour être en règle. Cela fera bientôt trois ans que le ministère de l'Environnement a demandé à l'entreprise d'installer un système d'épuration de ses émissions atmosphériques, trois ans...

Chaque fois que le ministère s'est livré à des inspections, des dépassements ont été constatés. L'avis préalable, où le ministère confirmait en 2016 les conditions du certificat d'autorisation, soulignait même que les odeurs «causaient parfois certains symptômes aux évaluateurs». Cela devrait suffire à clore le débat en ce qui concerne la réalité du problème et les nuisances provoquées par cette usine. 

L'historique du dossier montre une réticence obstinée de l'entreprise à mettre en place les mesures demandées. Un exemple : au printemps 2015, le ministère acceptait d'évaluer quelques mesures proposées par Anacolor : étanchéisation, ajustements des procédés et des cheminées d'évacuation. Le ministère demandait aussi un suivi de l'air ambiant, auquel l'entreprise s'est toutefois refusée. Quelques mois plus tard, une troisième campagne d'échantillonnage du Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec (CEAEQ) constatait à nouveau des épisodes de dépassements de normes. 

Et même à des moments où les normes n'étaient pas dépassées, les évaluateurs observent  que «les odeurs de solvant de peinture assèchent les muqueuses et irritent le nez...»

Ce ne sont pas les demi-mesures préconisées par l'entreprise pour échapper à ses obligations qui vont mettre fin au problème. Plus elle tarde d'agir, plus les coûts qu'elle risque d'encourir seront importants. Elle se retrouve aujourd'hui devant une demande d'injonction et une autre en recours collectif. 

Anacolor aurait mieux fait d'investir son argent dans  l'installation de son épurateur, ou mieux encore, dans un projet de relocalisation, plutôt qu'en frais d'avocats. L'entreprise a beau bénéficier d'un droit acquis, elle a de moins en moins sa place dans ce quartier résidentiel, entre le vieux Cap-Rouge et la marina, un terrain où de toute façon elle ne pourra plus prendre d'expansion, désormais. 

Les émissions de composés organiques volatils (COV) ne sont d'ailleurs pas le seul risque qu'elle fait subir aux Carougeois, puisqu'une telle usine constitue aussi un danger réel d'incendie. Sa place est dans un parc industriel. Elle a pu opérer pendant plus de 40 ans à son emplacement actuel, mais le temps est venu pour elle de préparer son avenir ailleurs plutôt que de s'enliser dans des conflits stériles avec à peu près toutes les instances politiques régionales. Le syndicat des employés ne souhaite pas ce déménagement, mais lui aussi préférerait voir l'entreprise être plus proactive. 

La Ville de Québec veut certainement une solution à ce problème, mais elle aussi s'est montrée, jusqu'ici, trop frileuse, si son but est de convaincre l'entreprise de bouger. Anacolor a eu tout le temps de démontrer qu'elle avait une volonté réelle de trouver une solution, et elle ne l'a pas fait. Cela est plus éloquent que toutes ses promesses.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer