Dieu n'a rien à faire là-dedans

Éloïse Dupuis, 27 ans, a donné naissance à... (tirée de Facebook)

Agrandir

Éloïse Dupuis, 27 ans, a donné naissance à son premier enfant, quelques jours avant son décès.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Il faut espérer que l'enquête du coroner nous permettra de bien comprendre la chaîne d'événements qui a mené à la mort d'une jeune mère, adepte des Témoins de Jéhovah, quelques jours à peine après avoir mis au monde son premier enfant, et l'impact qu'a pu avoir le refus de recevoir une transfusion sanguine.

La question se pose depuis longtemps. Il ne s'agit pas de savoir si on doit nier le droit de refuser un traitement médical, mais plutôt de s'interroger sur le pouvoir qu'exerce un culte religieux qui interdit, sous peine d'ostracisme, le recours à toute transfusion, même celle de son propre sang prélevé avant une opération.

Les raisons invoquées par l'Église sont farfelues. La Bible possède bien des vertus, mais ce n'est pas un traité de médecine. Brandir la parole sacrée pour ignorer deux millénaires de progrès médicaux est une aberration pure et simple.

Les Témoins de Jéhovah invoquent les dangers qui seraient associés aux transfusions sanguines pour justifier leur choix. Mais il faut aussi en évaluer les bénéfices. 

Toute procédure médicale comporte des risques inhérents, comme une anesthésie générale, ou une transplantation d'organe. Mais ce danger est d'ordre médical, il n'est pas métaphysique. La pureté de l'âme n'est qu'un argument bidon sur lequel se fonde une religion qui cède trop facilement à la tentation sectaire. 

Il est impossible de dire qu'une telle croyance constitue un «choix libre et éclairé», surtout quand elle est imposée par les diktats arbitraires de quelques-uns, et que tout refus de s'y conformer risque d'entraîner l'éclatement de la cellule sociale et familiale, le rejet et la mise au ban du groupe. Ce n'est rien d'autre qu'une forme de manipulation. 

Le véritable enjeu n'est pas le salut de l'âme, c'est le pouvoir que quelques soi-disant leaders religieux veulent exercer sur leurs semblables. En faisant avaler ces croyances, la hiérarchie s'octroie un droit de vie et de mort sur les fidèles, qui se retrouvent prisonniers d'un système étanche, privés de leur libre arbitre. 

En 2013, une obstétricienne du Albert Einstein College of Medicine, à New York, a vécu la même situation, devant procéder à une césarienne et une hystérectomie pour une patiente membre des Témoins de Jéhovah. «C'est une chirurgie aussi difficile qu'effrayante, écrit-elle, car il faut enlever l'utérus que l'enfant vient tout juste de quitter. Pendant la grossesse, de nouveaux vaisseaux se sont créés et 20 % de toute la circulation sanguine de la mère alimente l'utérus à chaque minute. Il faut donc constamment bloquer des artères de toutes les grosseurs qui saignent sans arrêt.»

C'est la procédure qu'a dû subir le jeune Éloïse Dupuis. Il est irréaliste de croire que les médecins peuvent relever un tel défi si on les prive d'un outil aussi essentiel qu'une transfusion sanguine. 

Il n'y aura pas de solution facile à cette situation, mais peut-être l'enquête du coroner nous permettra d'amorcer une réflexion sur les façons de sortir de cette impasse. Ce n'est pas la transfusion sanguine qui pose un problème, c'est le lavage de cerveau auquel se livre une Église qui ne devrait pas pouvoir imposer sa loi au réseau de la santé. 

Pour la tante d'Éloïse Dupuis, la mort de sa nièce s'apparente à un «crime d'honneur». Elle a raison. Aucune croyance religieuse ne peut justifier de laisser mourir une personne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer