La tragique paralysie de l'ONU

Un petit réfugié syrien et son père sur... (AFP, Louisa Gouliamaki)

Agrandir

Un petit réfugié syrien et son père sur l'île de Lesbos en Grèce. Il y a présentement 20 millions de réfugiés dans le monde, sur 65 millions de personnes déplacées. C'est un sommet depuis la Seconde Guerre mondiale.

AFP, Louisa Gouliamaki

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Les Nations Unies (ONU), confrontées à une autre escalade de l'horreur sans fin en Syrie, ont été encore une fois incapables d'avoir quelque impact que ce soit sur le cours des événements.

Plus tôt cette semaine, les pays membres n'ont même pas pu s'entendre sur une redéfinition du statut de réfugié. Un premier Sommet de l'ONU sur les réfugiés se tenait lundi, juste avant l'assemblée générale qui s'ouvrait mardi. Dans l'état actuel du droit international, le statut de réfugié n'est accordé qu'à ceux et celles qui fuient leur pays par peur de persécution liée à la race, la religion, ou à leurs opinions.

Cette définition étroite ne correspond plus à la réalité du XXIe siècle, où des conflits armés, des désastres naturels provoquent des déplacements massifs de population. Alors qu'il faudrait élargir le concept pour refléter cet état de fait, plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne, cherchent plutôt à en restreindre la définition afin d'exclure le plus grand nombre possible de migrants. Ils sont des millions qui se retrouvent alors dans le vide, sans statut, sans pays, sans avenir.

Il y a présentement 20 millions de réfugiés dans le monde, sur 65 millions de personnes déplacées. C'est un sommet depuis la Seconde Guerre mondiale. Amnistie internationale, avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, espérait qu'un «pacte mondial» sur les réfugiés soit signé cette semaine à l'ONU. Cet accord aurait dû prévoir un engagement des pays d'accueillir 10 % du total de réfugiés chaque année, en plus d'actualiser le statut de réfugié.

Mais devant l'opposition de plusieurs pays, les termes de l'accord, qui sera non contraignant, ont été dilués, les choix difficiles écartés et les décisions reportées à 2018.

Cette indécision montre que la communauté internationale est aveugle devant l'ampleur sans précédent de la crise des réfugiés, inconsciente du caractère extraordinaire du défi auquel nous sommes confrontés.

C'était encore plus évident quand l'accord de cessez-le-feu en Syrie a volé en éclats, après l'attaque d'un convoi humanitaire par l'aviation russe et syrienne. La responsabilité de ce crime de guerre ne fait aucun doute. Il s'agit soit de représailles à la bavure de l'aviation américaine, qui a causé la mort de 60 militaires syriens, soit d'une action concertée de la Syrie pour intensifier le siège imposé à plusieurs endroits du pays.

L'attaque a été condamnée par le Groupe international de soutien à la Syrie, dont fait partie le Canada, coprésidé par... la Russie, qui a eu l'audace de prétendre mercredi que le convoi aurait tout simplement «pris feu».

Tous les convois d'aide humanitaire ont été suspendus par l'ONU cette semaine.

Les chances que le secrétaire d'État John Kerry parvienne à ressusciter la trêve sont dérisoires, mais à court terme, il n'y a aucune autre option pour ralentir, à défaut d'arrêter, ce massacre. 

Les échecs des derniers jours sont une parfaite illustration des raisons qui poussent les opposants du régime Assad à s'allier aux forces islamistes. Contrairement aux diplomates qui siègent à New York, la population des villes assiégées n'a pas le luxe de rester assise entre deux chaises. Elle ira chercher l'aide là où elle se trouve. Et malheureusement pour elle, l'aide se trouve en enfer.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer