Que se passe-t-il à Ciment McInnis?

Les Québécois ont investi 515 millions $ dans le mégaprojet de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les Québécois ont investi 515 millions $ dans le mégaprojet de Ciment McInnis.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Que se passe-t-il exactement au siège social de Ciment McInnis? Qui en sont les actionnaires aujourd'hui? Combien vaut la participation d'Investissement Québec après l'ajout de 250 millions $ en capital? D'où proviendront les 200 millions $ qui manquent pour combler la hausse prévue des coûts de 450 millions $?

Ce ne sont pas les questions qui manquent après les révélations et les transactions des dernières semaines dans ce projet qui n'aurait pas vu le jour sans l'appui gouvernemental.

Investissement Québec a investi 100 millions $ en capital et consenti un prêt de 250 millions $. La participation de la Caisse de dépôt, après un premier réinvestissement de 40 millions $ et un autre de 125 millions $, totalise désormais 265 millions $.

Cela fait  Ils ont droit à plus d'explications sur l'évolution du dossier.

Le remplacement du président-directeur général de Ciment McInnis, Christian Gagnon, par Ronald Bougie n'a toujours pas été expliqué, outre le fait qu'il suit de près l'annonce du dépassement de coûts.

Le conseil d'administration aurait-il été tenu dans l'ignorance par son pdg? Sinon, le C. A. a-t-il vu venir cette hausse des coûts et l'avait-il approuvée?

Le réinvestissement change considérablement la donne et aura un impact sur les rendements attendus par Investissement Québec. «L'évaluation la plus récente, à la suite de dépassements de coûts sur le chantier, [...] conclut qu'il est encore plus intéressant que ce qu'on pensait au début», déclarait en fin de semaine le premier ministre Philippe Couillard. 

Étant donné que le projet risque de coûter 40 % de plus que prévu, et qu'un plus grand nombre d'investisseurs attendront un retour sur leur mise de capital, on aimerait bien voir sur quoi repose l'optimisme de M. Couillard. 

Ciment McInnis ne sera pas une deuxième Gaspésia, mais l'expérience nous a appris qu'il vaut mieux poser les questions avant qu'il soit trop tard. Avec ces récentes annonces, une lumière rouge s'est allumée et elle ne s'éteindra que lorsqu'on nous aura fourni plus d'informations. 

Le rapport d'enquête sur les dépassements de coûts et de délais de la Gaspésia contenait des avertissements qui n'ont rien perdu de leur pertinence : «Les grands chantiers portent en eux de forts gènes de désastre parce que [...] leurs promoteurs ont cette tendance presque contagieuse d'en sous-estimer les coûts et d'en surestimer les bénéfices», écrivaient les auteurs.

Ils citaient les travaux d'un expert suédois, Bent Flyvbjerg, qui a recensé des centaines de grands chantiers. Sa conclusion : neuf projets sur dix ont subi un dépassement de coûts, souvent de 50 à 100 % des prévisions initiales. C'est ce qu'on vient de voir à Port-Daniel-Gascons.

Il a aussi constaté que la demande prévue pour le bien produit ou le service rendu est généralement surestimée de 20 à 70 %. Est-ce la surprise qui nous attend dans quelques années?

Le rapport sur la Gaspésia recommandait la formation d'un comité d'experts indépendants, «spécialisés dans le genre d'ouvrage projeté, avant toute décision d'injecter des fonds publics importants pour un grand projet».

Il recommandait aussi que «l'opinion des membres de ce comité soit rendue publique». Il n'est pas trop tard pour demander qu'on nous démontre la rentabilité de cet investissement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer