Une faillite des Nations Unies

Le monde continue de fermer les yeux sur... (AFP, Delil Souleiman)

Agrandir

Le monde continue de fermer les yeux sur les crimes commis en Syrie.

AFP, Delil Souleiman

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Pendant que nous avons les yeux rivés sur les Jeux olympiques de Rio, une tuerie à laquelle le monde a fini par devenir indifférent se poursuit autour d'Alep, en Syrie. Les groupes rebelles viennent d'infliger un revers aux forces loyales du régime Assad et à son allié russe. Des combattants du sud-ouest d'Alep ont pu rejoindre ceux qui vivaient retranchés dans les quartiers est de la ville.

La bataille intense dans cette zone du pays ne respecte aucune règle. Le monde continue de fermer les yeux sur les crimes qui ne sont pas l'exclusivité des extrémistes. 

Le régime Assad et l'armée russe continuent de violer impunément les conventions internationales. Des bombes incendiaires à fragmentation ont été lâchées sur des zones urbaines et l'aviation russe s'attaque de manière systématique aux hôpitaux. 

Le gouvernement syrien utilise sans discernement ses «bombes-barils» dans les territoires contrôlés par les rebelles. En juin, une de ces attaques a frappé Daraya quelques heures à peine après le passage du premier convoi humanitaire en plus de trois ans.

Hier, lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies, un médecin américain d'origine syrienne a rappelé que pendant le seul mois de juillet, 15 établissements de santé avaient été la cible d'une attaque. Médecins sans frontières a condamné la plus récente de ces attaques, samedi, dans la région d'Idlib, laquelle a tué treize personnes, dont cinq enfants et quatre employés de l'hôpital. 

Dimanche, des témoins ont filmé des attaques aux bombes incendiaires, elles aussi attribuées à l'aviation russe, dans des zones urbaines d'Idlib. 

L'inaction des Nations Unies face à ces crimes répétés de la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité, n'est pas sans conséquence. La réalité pour une partie de la population civile assiégée est que les islamistes sont les seuls ayant la capacité et la volonté de tenir tête à l'armée de Bachar al-Assad. La communauté internationale incarnée par l'ONU se contente d'ignorer le massacre qui se déroule devant ses yeux. 

Ceci n'est pas un échec, ce n'est pas une erreur de jugement ou de calcul, c'est la faillite totale du système qui devait justement protéger l'humanité contre ce type de régime sanguinaire. 

La tactique de l'État syrien et de ses alliés est partout la même : affamer sa propre population et détruire systématiquement tout ce qui assurerait la survie et le fonctionnement de la communauté. 

Le responsable des Casques blancs à Alep, Abdullah Nawhlu, s'est adressé hier par vidéo aux membres du Conseil, pendant que résonnait derrière lui le bruit incessant des tirs d'armes automatiques. Il a raconté comment ses volontaires ont travaillé pendant trois jours sans répit, et sans nourriture, lors de l'attaque d'Al Mashad. 

«Ce qui nous a brisé le coeur, c'est que l'ONU était totalement muette. Pas de dénonciation, pas de condamnation, pas de plan pour apporter de l'aide humanitaire à 350 000 civils assiégés. Le silence international, celui de l'ONU et des organisations humanitaires sur le siège imposé par le régime Assad, est une honte pour l'humanité.»

L'inaction à laquelle l'ONU se condamne en raison des stratagèmes de Moscou, qui a encore hier étalé son cynisme à New York, est la négation de tout ce que cette organisation tente de construire depuis la Seconde Guerre mondiale. C'est une honte à laquelle aucun de nous ne peut désormais échapper.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer