Égoportrait d'une planète surchauffée

Le phénomène El Niño a fait s'accumuler d'énormes... (AFP, NASA)

Agrandir

Le phénomène El Niño a fait s'accumuler d'énormes masses d'eau anormalement chaude à la surface du Pacifique équatorial.

AFP, NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Notre planète vient de connaître, en février, la plus forte poussée de fièvre de son histoire moderne. Février n'est pas le mois le plus chaud de notre histoire, mais c'est celui où nous avons enregistré le plus grand écart avec la «normale» (moyenne des années 1950-1980).

Avec un écart de 1,35 degré Celsius, février pulvérise le record précédent, qu'on venait à peine d'enregistrer en janvier (1,14 °C). C'est un effet du phénomène El Niño. La chaleur qui s'est accumulée pendant les dernières années dans les eaux du Pacifique est relâchée dans l'atmosphère. 

Deux spécialistes, Jeff Masters et Bob Henson, publient l'un des blogues les plus respectés (wunderground.com) sur le sujet. À partir des données que vient de publier la NASA, ils ont dessiné un portrait inquiétant de la situation actuelle.

L'épisode le plus puissant d'El Niño qu'on avait connu jusqu'ici remonte à 1997-1998. L'écart avec la normale avait alors été de 0,88 degré pendant le mois de février. En deux décennies à peine donc, l'écart a gonflé de 0,5 degré, ce qui représente une accélération phénoménale.

Ces écarts sont calculés à partir d'une époque récente. Lorsqu'on parle de réchauffement climatique à l'ONU, comme pour l'accord de Paris sur le climat, on compare plutôt avec l'ère préindustrielle, et les écarts qu'on vient de voir sont alors plus grands encore. 

La communauté internationale espère contenir le réchauffement à 2 degrés ou moins, sur une base annuelle, par rapport à l'ère préindustrielle. Déjà, pour toute l'année 2015, le réchauffement avait atteint le seuil de 1 degré. Il devrait le dépasser cette année.

Même en cessant d'émettre tout CO2 cette année, les températures gagneraient encore 0,5 degré, avant de se stabiliser. Et nous savons tous que le monde est encore très loin de cet objectif. La cible de 2 degrés ou moins de réchauffement risque de nous apparaître bientôt comme une utopie.

Pour nous au Québec qui prenons connaissance de ces informations, il s'agit encore de statistiques, de données abstraites. Mais les pays qui en subissent le plus durement les conséquences sont ceux qui ont souvent le moins de ressources pour y faire face. 

Masters et Henson signalent qu'en 2015, neuf pays ont connu les pires catastrophes naturelles - dues à des phénomènes atmosphériques - de leur histoire. Les sécheresses ont fait perdre plus de 6 milliards $ au Vietnam, soit l'équivalent de 4 % de son PIB en production agricole. Au Zimbabwe, des pertes agricoles de 1,6 milliard $ causées par la sécheresse représentent 12 % du PIB. 

Nous ne sommes pas encore arrivés au jour où les décisions déchirantes devront être prises, mais elles pointent déjà à l'horizon. La chute des prix du pétrole a entraîné des mises à pied massives en Alberta. Pour des dizaines de milliers de citoyens dans cette province, l'accès aux marchés devient une question de vie ou de mort, un problème aussi important pour eux que la survie de Bombardier peut l'être pour le Québec. 

Le projet d'oléoduc Énergie Est n'est que le premier de ces choix difficiles que nous aurons tous à faire, dans un avenir moins éloigné qu'on le voudrait. Les données de février nous disent que les échéances seront de plus en plus serrées. 

Il y aura certainement une pause, après l'épisode actuel d'El Niño, où nous aurons l'impression que le rythme du réchauffement ralentit. Ce serait une erreur, alors, de croire que nous pouvons baisser les bras.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer