Le pari pessimiste de Bill Morneau

Le ministre Bill Morneau lors de la période... (La Presse Canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

Le ministre Bill Morneau lors de la période des questions à la Chambre des communes, mardi

La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Ce n'est pas un souci de transparence qui a incité le ministre Bill Morneau à annoncer cette semaine que le déficit du prochain budget fédéral serait beaucoup plus important que prévu. C'était d'abord un calcul politique. Et ça fait partie de la description de tâche de n'importe quel ministre des Finances.

Autant le gouvernement conservateur avait intérêt à être optimiste dans ses prévisions, avant et pendant la campagne électorale, autant le gouvernement Trudeau a intérêt à se montrer pessimiste au début d'un nouveau mandat. Il augmente ainsi ses chances d'annoncer de meilleures nouvelles à l'avenir.

Depuis plusieurs années, le gouvernement fédéral appuie ses prévisions sur celles des économistes du secteur privé. Ottawa les a consultés en février et le consensus, à ce stade-ci, c'est que la croissance économique sera plus faible que prévu en 2016. 

La croissance du PIB nominal s'établirait donc à 2,4 % pour l'année en cours, au lieu de 4,2 %. Ça équivaut à retrancher 20 milliards $ par année aux prévisions du PIB pour 2016, et autant en 2017. Mais ce n'est pas le chiffre qu'a retenu le ministère des Finances.

La baisse du PIB nominal prévu se chiffre plutôt à 60 milliards $ par année pour 2016 et 2017, peut-on lire dans la documentation. Au lieu d'un ralentissement anticipé de l'économie de 40 milliards $ pendant les deux exercices, voilà qu'on table sur une baisse de 120 milliards $. 

C'est sur cette base, la plus pessimiste possible, que le gouvernement anticipe ses entrées d'argent. Avec cette mise à jour, les revenus projetés par Ottawa diminuent d'environ 11 milliards $ par année en moyenne, pour 2016-2017 et 2017-2018, une diminution «principalement attribuable à la révision à la baisse des prévisions concernant le PIB nominal». 

Voilà comment le déficit prévu, qui était initialement de 2,3 milliards $ pour l'exercice 2016-2017, a été gonflé à plus de 18 milliards $, avant même la mise en oeuvre de la plupart des promesses libérales. 

Le gouvernement invoque différentes raisons pour ainsi noircir le portrait brossé par les économistes qu'il a consultés : une croissance aux États-Unis qui serait encore une fois décevante; des prix du pétrole qui ne remontent pas aussi rapidement que prévu; des tensions sur les marchés financiers dans les économies émergentes qui risquent de se propager jusqu'à nous. 

Depuis que les prix du pétrole ont amorcé leur chute à l'été 2014, les prévisions économiques ont presque toujours été trop optimistes, obligeant le gouvernement à revoir ses cibles à la baisse chaque trimestre. Il semble que cette fois-ci, M. Morneau ait décidé de faire l'inverse pour se dégager une marge de manoeuvre.

À cette étape du mandat, c'est un luxe qu'il peut se permettre, mais cela lui crée un autre problème. Il doit maintenant trouver 15 milliards $ de plus que prévu pour revenir à l'équilibre budgétaire s'il vise toujours la prochaine élection fédérale. Dans quel chapeau ira-t-il chercher ce lapin?

Un déficit de 20 milliards $ n'est pas une catastrophe pour l'économie canadienne, dans la mesure où l'on prévoit un scénario de retour à l'équilibre, ce que n'a pas encore fait le ministre. Le vrai défi est ailleurs. Ce gouvernement saura-t-il convertir son déficit budgétaire en croissance dans le secteur manufacturier et les nouvelles technologies? C'est là-dessus qu'on mesurera sa réussite. Ou son échec.

Partager

À lire aussi

  • Gilbert Lavoie | <em>Ottawa s'endette, Québec rembourse</em>

    Gilbert Lavoie

    Ottawa s'endette, Québec rembourse

    CHRONIQUE / Pendant qu'Ottawa gonfle son déficit pour stimuler l'économie, Québec garde le cap sur l'équilibre budgétaire et annonce un surplus de... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer