La confusion des genres

Pierre Karl Péladeau... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / L'opposition devrait connaître des jours fastes ces temps-ci. Les coupes budgétaires se font sentir partout, jusque chez les plus vulnérables, dans les centres de désintoxication, l'aide à domicile, dans les centres de la petite enfance et en prime un premier ministre qui s'offre l'aller-retour Davos-Québec pour les funérailles - nationales - de René Angélil.

Sauf que...

Alors qu'il devrait être tourné vers l'offensive, le Parti québécois se retrouve sur la défensive, miné par les dissensions. C'est dommage, car s'il y a un temps où nous aurions besoin d'une forte opposition, c'est bien maintenant.

Le PQ ne parvient pas à effacer l'image de confusion qui se dégage de ses débats, des départs qui le minent au moment où il tente de reconstruire le mouvement souverainiste.

Les jours de Pierre Duchesne, comme chef de cabinet de M. Péladeau, seraient comptés. Si c'est le cas, il ne fallait pas s'attendre à ce que son départ ait lieu avant la tenue du caucus de Saguenay. Le chef péquiste reproche aux médias de vouloir mettre leur nez dans ces guerres de palais, mais les ex-journalistes que sont Pierre Duchesne et Bernard Drainville savent pertinemment que la seule façon d'y mettre un terme, c'est de répondre sans ambiguïté aux questions. La réalité, c'est que M. Péladeau est probablement dans l'impossibilité de le faire à ce stade.

Le chef de l'opposition aurait tout intérêt à ce que les critiques soient dirigées à l'endroit du gouvernement. Il doit éviter, autant que possible, de se placer lui-même sous le feu des projecteurs. Il n'a certainement pas aidé sa cause avec sa mise en demeure à la Coalition avenir Québec, pour des critiques formulées à son endroit à propos du financement de son futur institut de recherche sur la souveraineté.

Son tempérament l'a emporté sur son jugement, ce qui n'est pas du meilleur augure pour un parti dans une position aussi délicate que le sien.

Les critiques de la CAQ ne remettaient pas en question son intégrité. On ne l'accusait pas de détournement de fonds publics quand même. Des questions légitimes se posent quant aux liens entre l'institut projeté, un parti politique et sur la source de son financement.

M. Péladeau a souvent parlé d'un institut de recherche «scientifique» qui mettrait en évidence les bienfaits de l'indépendance. On peut aussi s'interroger sur la nature scientifique de la démarche, quand les conclusions sont établies à l'avance.

C'est néanmoins légitime pour le PQ de vouloir bénéficier de l'expertise d'un groupe de réflexion et d'analyse à tendance souverainiste. Il en existe bien d'autres, avec leur propre biais, de la gauche comme de la droite.

Le Parti québécois a tout à fait raison de citer L'idée fédérale en exemple. Présidé par Patrice Ryan, qui siège à la Commission politique du Parti libéral du Québec, et avec Jean Charest comme président du Conseil des gouverneurs, L'idée fédérale est une créature éminemment politique, liée au PLQ.

Il existe pourtant un Institut de recherche sur le Québec, associé au Mouvement national des Québécoises et Québécois. Cette organisation aurait peut-être constitué un meilleur véhicule pour atteindre les objectifs que vise Pierre Karl Péladeau. Le PQ pourrait financer des projets de recherche sans qu'on soulève de doutes sur le statut de l'organisation. Mais ça ne semble pas être ce que souhaite le chef du Parti québécois, qui veut exercer le plein contrôle.

Là est tout le problème.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer