Ni réussite, ni échec

Le président français François Hollande prononce une allocution... (AFP, Bertrand Guay)

Agrandir

Le président français François Hollande prononce une allocution lors de la COP21.

AFP, Bertrand Guay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Nous aimons les choses simples, claires. Nous voudrions que la Conférence qui se déroule présentement à Paris, sur les changements climatiques, se résume à un choix entre le succès ou l'échec, mais il vaut mieux se faire à l'idée, plus tôt que tard, qu'elle ne sera ni l'un ni l'autre.

L'exercice ne sera pas inutile pour autant, loin de là. Devant une réalité qui menace la planète entière il est plus que jamais nécessaire de coordonner nos efforts par la négociation, le compromis. 

Sur ce plan au moins, la 21e Conférence des parties (COP21) ayant signé  la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques devrait être un succès. Jamais la volonté politique n'a été plus forte d'en arriver à un accord pour ralentir le réchauffement planétaire. 

Mais cette volonté est-elle suffisante pour conclure une entente qui répondra aux attentes? On sait depuis un moment déjà que les engagements pris jusqu'ici par les pays participants ne permettront pas d'atteindre la cible d'un réchauffement maximum de 2 degrés à la fin du siècle, elle-même discutable. Au mieux, si tous les engagements déjà annoncés se réalisent, ce qui serait une première, limiterait-on la hausse à un peu moins de 3 degrés d'ici 2100. 

Christiana Figueres, secrétaire générale de la Convention-cadre de l'ONU sur les changements climatiques, a prévenu qu'on ne devrait pas mesurer le succès ou l'échec en fonction de cette cible arbitraire. Il reste encore du temps, selon elle, pour aller plus loin, dans les négociations futures. 

C'est aussi ce qu'on se disait à Copenhague. Le problème, évidemment, c'est que plus le temps passe, moins il en reste, du temps. Plus on retarde l'échéance, plus les mesures à prendre seront difficiles. 

Le mécanisme du « budget du carbone » s'est imposé dans ces négociations. L'humanité a déjà dépensé près de 75% de son budget, qui se mesure en milliards de tonnes  de CO2, pour limiter la hausse globale des températures à 2 degrés. 

Au rythme actuel de consommation, si on décide de maintenir cette cible, nous aurons dépensé tout ce qui reste de ce budget théorique dans 30 ans environ, vers 2045. Passé cette date, pour avoir 66% de chances de ne pas dépasser les 2 degrés, il faudrait complètement fermer tous les robinets de la planète. 

Si on coupait dès maintenant notre consommation de 50%, on ajoute 30 autres années au compteur. Croyez-vous que la consommation va diminuer de moitié l'an prochain? Non. Elle continue d'augmenter. 

Que fait-on alors? Atteindre 2 degrés c'est déjà condamner des millions d'êtres humains à subir les contrecoups du réchauffement. Aller au-delà c'est multiplier le nombre de victimes.

Les dirigeants des pays qui négocient présentement à Paris ont donc deux décisions à prendre. La première est relativement simple: combien de combustible fossile allons-nous consommer? En d'autres mots, quel sera notre budget? 

La seconde l'est beaucoup moins: qui va le dépenser? 

Nos économies sont dépendantes des énergies fossiles. Sommes-nous prêts à  sacrifier notre croissance pour permettre aux pays en développement de combler l'écart qui les sépare de nous? Accepterions-nous de réduire notre consommation pour qu'ils puissent l'augmenter, le temps de rattraper, partiellement, ce retard?

Tant qu'on répond par la négative, il ne peut pas y avoir de réussite à ces discussions, même s'il n'y a pas d'échec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer