Les criminels de guerre impunis

Cette photo prise le 27 octobre et rendue... (AP, Médecins sans frontières)

Agrandir

Cette photo prise le 27 octobre et rendue publique par Médecin frontières montre l'étendu des dégats causés par un bombardement aérien sur un hôpital de la province de Saada, au Yémen.

AP, Médecins sans frontières

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Un hôpital du Yémen où oeuvre Médecins sans frontières (MSF) a été détruit dans un bombardement, cette semaine, par les forces de coalition sous le contrôle de l'Arabie Saoudite. Quelques semaines plus tôt, c'étaient les forces américaines qui détruisaient un hôpital de Kunduz, en Afghanistan, faisant plus de 30 morts et autant de blessés.

Ces tueries ne sont malheureusement pas l'exception. Le Comité international de la Croix-Rouge a recensé, depuis mars, 20 attaques contre des structures de santé au Yémen, s'insurge le Dr Mego Terzian, président de MSF France, à qui nous avons parlé mercredi.

«Mes collègues me disent qu'en octobre seulement, 12 hôpitaux ont été bombardés en Syrie, dont 6 ne sont plus fonctionnels. En quelques mois, plus de 70 patients et membres du personnel ont été tués. Ça se passe aussi au Yémen, en République centrafricaine, en Afghanistan, au Soudan du Sud.»

Dans tous les pays qui se retrouvent en situation de guerre totale, constate le Dr Terzian, les populations civiles sont ciblées intentionnellement. Il suffit qu'elles soient du mauvais côté de la frontière pour que les militaires se croient tout permis. Les lois devant régir la guerre et le droit humanitaire sont bafouées, sans que ces crimes soient punis.

«J'ai l'impression que pour certains, vu leur comportement, le droit humanitaire international n'existe tout simplement pas», dit-il. Le discours des grandes puissances, comme l'Iran et l'Arabie Saoudite, est correct, «mais ce que nous voyons sur le terrain est le contraire».

Le 19 octobre, jour d'élections au Canada, un regroupement d'organismes humanitaires internationaux publiait une lettre ouverte à l'intention du Conseil de sécurité de l'ONU pour que celui-ci décrète un cessez-le-feu immédiat au Yémen, après que le mouvement rebelle houthi et l'ex-président Saleh aient accepté les termes d'une résolution du Conseil.

Les signataires demandent aussi que soit créé un mécanisme pour enquêter sur les abus commis depuis le début de ce conflit, qui constituent dans plusieurs cas des crimes de guerre.

Les rebelles comme les forces de coalition ont bombardé sans discrimination des zones résidentielles, des camps de réfugiés, des écoles, des actes sur lesquels l'ONU et le reste du monde ferment les yeux. Le Canada est un allié de l'Arabie Saoudite, avec qui nous avons conclu un contrat de 15 milliards $ pour la vente de véhicules blindés.

Depuis le mois d'avril seulement, plus de 2500 civils, dont 500 enfants, ont été tués dans les combats, dont les deux tiers ont été victimes de la coalition saoudienne.

Ce qui se passe au Yémen crée des conditions qui risquent de profiter aux groupes extrémistes sunnites, qui cherchent à s'infiltrer. L'effondrement des structures de pouvoir et des structures sociales leur permet de s'insérer, comme une plaie ouverte qui risque de s'infecter. Le désastre syrien devrait suffire à convaincre les pays occidentaux de mettre tout leur poids pour amener l'Iran et l'Arabie Saoudite à faire cesser les hostilités. Car le conflit yéménite est avant tout une guerre d'influence entre les deux géants du monde arabe.

Si nous croyons encore au droit humanitaire, aux lois de la guerre, la diplomatie canadienne doit faire pression pour qu'elles soient respectées et que les criminels de guerre n'aient pas droit à l'impunité. Même s'ils sont nos amis.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer