Un passif qui ne cesse de s'alourdir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Canada a été sévèrement critiqué, la semaine dernière, par le Comité des droits de l'homme, de l'ONU. On pourrait voir, dans les inquiétudes soulevées par l'organisme, une condamnation des politiques du gouvernement conservateur, mais il faut garder à l'esprit que peu de pays trouvent grâce aux yeux de l'organisation.

Le rôle du Comité n'est pas de distribuer des fleurs, mais de voir au respect du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, par les États signataires. Un grand nombre des critiques adressées aujourd'hui aux politiques conservatrices étaient présentes dans les rapports précédents du comité, bien avant l'arrivée au pouvoir de M. Harper.

Les préoccupations par rapport au traitement des réfugiés, des autochtones - en particulier des femmes - et des personnes incarcérées qui souffrent de maladies mentales se retrouvent dans ces rapports depuis 1999 au moins.

Personne ne peut s'attendre à ce qu'un gouvernement reçoive une note parfaite dans l'ensemble des dossiers, mais on est en droit de s'attendre à ce qu'il affiche des progrès dans l'application de ces principes.

Malheureusement, c'est le contraire auquel on assiste. La semaine dernière encore, un juge de la Cour fédérale a statué que des mesures instaurées par le gouvernement, sur le processus d'octroi du statut de réfugié, constituaient une violation de la Charte des droits et libertés.

Le gouvernement a mis en place un système de pays d'origine désignés (POD), qui sont jugés sécuritaires. Le Canada présume qu'ils ne produisent habituellement pas de réfugiés. Les demandes de statut en provenance de ces pays sont jugées de façon expéditive et les demandeurs n'ont pas le droit de faire appel, dans l'éventualité d'un refus.

Le juge Keith Boswell conclut que le système est discriminatoire «à sa face même». L'année dernière, la même cour avait jugé que le refus d'accorder des soins de santé à des demandeurs d'asile constituait un traitement cruel qui violait aussi la Charte, une décision qu'Ottawa a portée en appel.

Au lieu d'améliorer les choses, les mesures mises en place par le gouvernement fédéral constituent un recul sur plusieurs plans.

Le Comité des droits de l'homme ajoute sa voix à celles d'un nombre grandissant d'organisations qui contestent la validité de la loi C-51, de lutte au terrorisme. Deux groupes - l'Association canadienne des libertés civiles et Canadian Journalists for Free Expression - demandent aux tribunaux de déclarer que cette législation contrevient également à la Charte canadienne des droits et libertés.

Cette procédure a été déposée, elle aussi, la semaine dernière.

Le gouvernement conservateur doit contrer un flot continu de mauvaises nouvelles. En plus de ces critiques, il se voit confronté au ralentissement de l'économie. Le Directeur parlementaire du budget prédisait, mercredi dernier, un déficit de 1 milliard $ pour l'exercice en cours, à partir des mêmes calculs que ceux du ministère des Finances. Le ministre Joe Oliver peut encore faire miroiter une amélioration des conditions pendant le deuxième semestre, mais l'étau se resserre et on saura, avant l'élection, si cet objectif peut être atteint. Un déficit n'est pas en soi une catastrophe, sauf si on fait campagne sur son élimination.

Le défi pour M. Harper est donc de contrer ce flot de mauvaises nouvelles, de prendre l'initiative, de faire diversion. Les chèques de la prestation universelle pour la garde d'enfants ont joué ce rôle cette semaine. Ses déclarations sur le Sénat aussi. Cette campagne sera longue, mais certainement pas ennuyante.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer