Défense du français 101

Il ne faut pas perdre de vue que... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Il ne faut pas perdre de vue que les étudiants du cégep sont des adultes. Ils ont des droits, dont celui d'étudier à l'école de leur choix, dans la langue de leur choix, qu'une société libre ne peut pas restreindre sans raison valable.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / L'idée de contraindre tous les francophones et les allophones à faire leurs études collégiales en français est à la mode depuis longtemps dans les milieux souverainistes. Mais contrairement à ce que croient des militants comme le syndicaliste Marc Laviolette, la fronde qu'ils mènent à ce propos ne rend service ni à leur parti, ni à leur langue.

Une trentaine d'antennes locales du Parti québécois (PQ) ont voté des résolutions demandant d'étendre l'application de la loi 101 aux cégeps ces dernières semaines, rapportaient récemment les médias de Quebecor. «Il faut avoir de la colonne pour défendre le français au Québec», a déclaré M. Laviolette, en porte-à-faux avec la direction du PQ, qui juge cette proposition trop controversée - surtout à un moment où le parti tente (encore) de se rapprocher des minorités ethniques et des jeunes.

Il est à espérer que le chef péquiste Jean-François Lisée résistera à cette tentation, pour trois raisons. D'abord, sur le plan des principes, il ne faut pas perdre de vue que les étudiants au cégep sont des adultes. Ils ont des droits, dont celui d'étudier à l'école de leur choix, qu'une société libre ne peut pas restreindre sans raison valable.

Certes, la préservation du français peut, jusqu'à un certain point, fournir ce genre de motif. Et il est vrai que rien ne sera jamais tout à fait acquis sur ce front : entre 1996 et 2011, le français comme «langue le plus souvent parlée à la maison» a légèrement régressé de 82 à 80 % au Québec. Mais pour que cette «menace» - si c'en est bien une, notons-le, puisque l'anglais a un peu reculé lui aussi, de 10,1 à 9,8 % - puisse justifier de nouvelles limitations aux libertés individuelles, encore faut-il cibler les vraies sources du problème. Autrement, on se trouve à brimer des droits sans pouvoir raisonnablement espérer des résultats.

Or rien n'indique, et c'est notre second point, que les cégeps sont ce genre de «cible». D'après un rapport tout récent de l'Office de la langue française (OQLF), 81 % des nouveaux inscrits au cégep en 2015 fréquentaient un établissement francophone, alors que les étudiants de langue maternelle française ne représentent que 77 % du lot. Si l'on veut vraiment trouver ce qui «afflige» le français au Québec, il faudra manifestement chercher ailleurs.

En outre, entre 1985 et 2015, la proportion d'étudiants de «langues maternelles tierces» (autres que l'anglais ou le français) qui se sont inscrits dans des cégeps francophones est passée de 25 % à 58 % - une hausse aussi spectaculaire que bienvenue. On pourra bien dire qu'il faudrait idéalement que ce pourcentage monte jusqu'à 80 %, ce qui est vrai, mais ce n'est justement pas en se crispant et en réduisant les libertés sans motif valable qu'une majorité intègre efficacement ses immigrants.

À cet égard, d'ailleurs, on trouve dans le rapport de l'OQLF des chiffres qui donnent à réflexion. Dans la seconde moitié des années 90, sous les gouvernements Parizeau, puis Bouchard, la part des allophones qui choisissent des cégeps français a reculé de 46 % à 41 %. On ne connaîtra sans doute jamais les causes de ce recul avec certitude, mais l'hypothèse que le climat sociopolitique du temps - déclaration sur le «vote ethnique», débats linguistiques au sein du PQ, etc. - y fut pour quelque chose n'est certainement pas farfelue.

Et ce n'est pas «manquer de colonne» ou «avoir peur de déranger» que d'en tenir compte. C'est simplement faire primer les résultats sur l'idéologie.

Ce n'est pas en réduisant les libertés qu'une majorité intègre efficacement ses immigrants.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer