Éducation: mais il y a la manière...

Il est franchement désolant que des directions d'école... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Il est franchement désolant que des directions d'école badinent avec ces outils de comparaison (comme le PISA), parmi les meilleurs dont on dispose pour savoir si le système d'éducation québécois fait bien son travail.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Que l'on doive expliquer à un élève que l'examen qu'il prépare n'est qu'une mesure (imparfaite) de sa progression, et non une fin en soi, mais qu'il doit quand même le passer et faire de son mieux, passe encore. C'est un peu triste, mais on peut le comprendre. Mais qu'on doive le rappeler à des commissions scolaires et des directions d'école est plus difficile à accepter.

Jeudi, notre collègue Patricia Cloutier révélait un document des commissions scolaires de la Beauce-Etchemin, des Sommets et des Grandes-Seigneuries dans lequel la phrase «J'essaie de couvrir tout le programme» était décrite comme une attitude problématique pour un enseignant. Le document - dans lequel plusieurs idées étaient pleines de bon sens par ailleurs, disons-le - incitait les professeurs à d'abord élaborer leurs évaluations pour ensuite planifier leurs cours en fonction de ces examens (plutôt que de les baser sur les programmes du ministère de l'Éducation).

Ironie du sort, 24 heures avant cette révélation, Le Devoir dévoilait que les résultats en apparence très flatteurs que les élèves québécois ont obtenus dans les derniers tests PISA - des évaluations standardisées menées dans plusieurs pays tous les trois ans afin de faire des comparaisons internationales - pourraient avoir été gonflés par un biais de participation. Seulement 52 % des écoles sollicitées dans la Belle Province ont fait passer ces examens à leurs élèves alors qu'un minimum de 85 % est exigé pour que les données soient fiables. Il semble que les écoles privées ont été surreprésentées dans l'échantillon québécois, ce qui aurait amélioré artificiellement les résultats.

La Fédération québécoise des directions d'établissement a dit avoir boycotté le PISA de l'an dernier pour protester contre un manque d'autonomie des écoles et contre les salaires insuffisants des directeurs d'école. Mais le problème remonte à plus loin : depuis 2006, les taux de participation des écoles québécoises aux PISA ont toujours été en dessous des critères, révélait La Presse, jeudi.

Il est franchement désolant que des directions d'école badinent avec ces outils de comparaison, parmi les meilleurs dont on dispose pour savoir si le système d'éducation québécois fait bien son travail. Tout comme il est consternant que des commissions scolaires aient une si piètre opinion de la mission des enseignants. Doit-on vraiment expliquer la différence qu'il y a entre «maîtriser une matière» et «noircir adéquatement une feuille de papier»?

Mais ce n'est peut-être pas une mauvaise chose que ces deux nouvelles soient tombées au même moment. Quand on voit ce que les trois commissions scolaires de la Rive-Sud ont fait (en partie) avec leur «autonomie», on prend avec un certain grain de sel les déclarations de Michèle Demers, porte-parole de la FQDE : «Depuis deux ans, on se fait dicter comment faire notre travail [par le gouvernement] alors que les experts sont dans les écoles. L'argent arrive dans les écoles de manière ciblée. Les équipes-écoles veulent décider comment utiliser cet argent.»

Il n'y a rien de mal, entendons-nous, dans l'idée de donner du leste aux écoles, qui s'insèrent toutes dans des quartiers, des contextes différents. Puisqu'elles ont des besoins différents, leur accorder une marge de manoeuvre peut avoir du bon. Il est aussi bien possible que les directeurs d'école méritent un meilleur salaire.

Mais toute autonomie locale vient avec un risque de dérive. En sabordant un outil de comparaison important comme le PISA pour améliorer leurs conditions de travail, et confondant l'examen et la formation, la FQDE et les commissions scolaires de la Rive-Sud en ont involontairement donné un bel exemple.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer