Post-vérité: avoir ce qu'on mérite

Le président désigné, Donald Trump, salue la foule... (AFP, Timothy A. Clary)

Agrandir

Le président désigné, Donald Trump, salue la foule à sa sortie d'un entretien avec le New York Times, mardi.

AFP, Timothy A. Clary

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Faut-il en rire ou en pleurer? Après avoir passé des mois de campagne électorale à promettre qu'une fois à la Maison-Blanche, il nommerait un procureur spécial pour enquêter sur les fameux courriels de sa rivale Hillary Clinton, après des mois à se servir de ce pseudo-scandale pour attiser la colère de foules partisanes criant «Jetez-la en prison!», le président désigné Donald Trump a finalement décidé que les Clinton sont «de bonnes personnes» qu'il ne vaut pas la peine de poursuivre.

La différence que font deux semaines de transition vers la présidence, my, my... Hier, lors d'une entrevue avec le New York Times, M. Trump a annoncé qu'il renonçait à poursuivre Mme Clinton au sujet de ses courriels. Rappelons que, alors qu'elle était secrétaire d'État, celle-ci avait utilisé un serveur privé fort mal sécurisé pour entretenir sa correspondance électronique officielle, ce qui est interdit par les procédures du gouvernement américain - et extrêmement imprudent de la part de la responsable des relations étrangères d'un pays aussi influent que les États-Unis. La chose a hanté la candidate démocrate pendant toute sa campagne présidentielle.

Et voilà que Donald Trump lâche soudainement le morceau. «Je ne veux pas nuire aux Clinton. [...] Je pense que cela diviserait sévèrement le pays», a-t-il indiqué au Times. Or même si son élection ne remonte qu'au début du mois, c'était loin d'être le premier engagement électoral que le sulfureux milliardaire trahissait. Ainsi, au lieu d'un mur en béton de «30 à 50 pieds de haut» tout le long de la frontière mexicaine que le Mexique serait forcé de payer, ce sera une petite clôture par endroits, avec des modes de paiement à revoir.

Idem de la promesse de déporter les 11 millions de sans-papiers qui vivent aux États-Unis : seuls les éléments criminels du lot seront touchés, soit environ 2 à 3 millions de personnes - le même nombre de personnes qui ont été refoulées annuellement sous l'administration Obama. Idem de l'interdiction d'entrée de tous les visiteurs musulmans, qui se restreint maintenant à une liste de pays «compromis» par le terrorisme qui n'a pas été arrêtée. Idem de la promesse de «faire le ménage» (drain the swamp) dans la caste politique américaine et les groupes d'intérêt : l'équipe de transition du richissime New-Yorkais est remplie de lobbyistes professionnels.

Il est relativement rassurant, entendons-nous, de voir le prochain «homme le plus puissant de la planète» reculer sur certains de ses engagements les plus loufoques. Mais il était aussi particulièrement piquant, hier, de lire le site Breitbart News, l'un des plus farouches défenseurs du président désigné depuis le début, se scandaliser de son «flip-flop» sur Mme Clinton. Car à quoi d'autre pouvait-on possiblement s'attendre?

On veut bien croire que tous les politiciens prennent des libertés avec la vérité, mais il a été abondamment démontré que «le Donald» est dans une classe totalement à part. Tant Breitbart News que les électeurs républicains, du premier jusqu'au dernier, ont sciemment choisi d'ignorer les faussetés proférées de manière éhontée par leur candidat. S'ils se retrouvent maintenant avec un président qui, ô surprise, s'avère leur avoir fait de fausses promesses, ils ne devraient pas avoir besoin qu'on leur fasse un dessin pour savoir qui blâmer.

Car s'il est une leçon à tirer de tout cela, c'est sans doute celle-ci : même dans cette fameuse «ère post-vérité» dans laquelle M. Trump nous aurait fait entrer, on n'a jamais rien d'autre que les politiciens qu'on mérite. Jamais. Que le reste de l'Occident, où la tentation populiste se fait de plus en plus forte, en prenne bonne note.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer