Surplus cherchent acheteur

Hydro-Québec dit vouloir exporter davantage et se servir... (Archives La Presse)

Agrandir

Hydro-Québec dit vouloir exporter davantage et se servir de ces surplus d'hydroélectricité pour attirer des centres de données, dont le refroidissement consomme énormément d'énergie.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Au pire, disait-on encore récemment, les surplus d'Hydro-Québec devaient n'être qu'un inconvénient passager qui se réglerait de lui-même à mesure que la demande québécoise en électricité augmenterait, comme elle l'a toujours fait. Mais en y mettant un brin d'esprit entrepreneurial, s'empressait-on d'ajouter, une telle manne d'énergie propre pouvait devenir une formidable occasion de développement économique. Or à la lumière des dernières prévisions d'Hydro-Québec, force est d'admettre que c'était là une lecture formidablement optimiste de la réalité.

Lundi, la société d'État a dévoilé ses prévisions de demande pour les 10 prochaines années : 113 térawatts-heure (TWh) de surplus. Une hausse marquée par rapport aux estimations précédentes, qui entrevoyaient plutôt des surplus de 75 TWh, encore que sur neuf ans seulement. L'écart s'explique en grande partie par une plus grande efficacité énergétique - logements mieux isolés, éclairage à la DEL, etc. - qui, ces derniers temps, a tempéré nos appétits énergétiques collectifs.

Jusqu'à un certain point, ce genre de situation est inévitable, car notre consommation d'électricité n'est pas uniforme à l'année : elle culmine en hiver, à cause des besoins de chauffage, et connaît des creux lorsque la température ne demande ni de chauffer ni de climatiser beaucoup. Si l'on veut éviter d'importer beaucoup d'électricité de l'extérieur, il faut avoir une puissance installée qui n'est pas trop en dessous des pics de demande - d'autant plus que, par définition, l'électricité se vend très cher à ces moments-là. Ce qui implique nécessairement d'avoir des capacités de production qui, le reste du temps, sont «inutilisées».

Hydro-Québec a présenté la chose sous l'angle de l'opportunité d'affaires, disant vouloir exporter davantage et se servir de ces surplus d'hydroélectricité pour attirer des centres de données, dont le refroidissement consomme énormément d'énergie. Et le calcul n'est certainement pas dénué de fondement. Une entente d'exportation de 14 TWh sur sept ans vient d'être signée avec l'Ontario, et les centres de données (celui d'Ericsson à Vaudreuil-Dorion, annoncé en 2013, vient en tête) emploient des travailleurs hautement qualifiés.

Mais l'augmentation des surplus d'Hydro-Québec témoigne d'une chose importante : c'est plus facile à dire qu'à faire. Il a fallu allonger des dizaines de millions de dollars en subventions et congés fiscaux de toutes sortes, en plus du tarif L d'Hydro-Québec (3,26 ¢/kWh) pour convaincre Ericsson. Et la nouvelle entente avec l'Ontario rapportera 5 ¢ du kWh.

À cet égard, il est impossible de voir ces derniers développements sans se rappeler, avec un brin de découragement, l'empressement coupable avec lequel le gouvernement avait tabletté le rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques. Présidée par le physicien de l'Université de Montréal Normand Mousseau et l'ex-cadre d'Hydro-Québec Roger Lanoue, elle avait conclu que l'on devait cesser, au moins pour un temps, d'augmenter la capacité de production d'Hydro-Québec parce que les nouveaux projets (La Romaine, éolien, minicentrales, biomasse, etc.) produisent de l'électricité à 8, 10 voire 12 ¢/kWh alors que l'on peine, faute de place sur les lignes de transmission aux heures de grande consommation, à en tirer plus de 3 ¢/kWh.

Il était grand temps que le gouvernement cesse de commander de nouveaux parcs éoliens, comme il l'a fait dans sa politique énergétique dévoilée en avril dernier. Parce qu'à voir les surplus qui s'accumulent et les prix (déficitaires) que l'on obtient en échange, il devient de plus en plus difficile de voir des «occasions d'affaires» dans ces excédents d'électricité.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer