Taxer la pointe de l'iceberg

La semaine dernière, l'OMS appelait tous les pays... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La semaine dernière, l'OMS appelait tous les pays du monde à taxer d'au moins 20 % des boissons sucrées, qui sont une des causes de l'actuelle épidémie d'obésité qui sévit aux quatre coins de la planète.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Doit-on taxer les boissons sucrées, comme le suggère l'Organisation mondiale de la santé (OMS)? L'idée rebondit périodiquement dans la sphère publique depuis quelques années et semble être devenue une sorte de symbole, un point de ralliement politique : quiconque veut combattre l'épidémie d'obésité doit forcément, désormais, être pour une telle taxe, sous peine de voir son appui à la cause remis en question. Or il nous semble que les boissons gazeuses ne forment que la pointe de ce considérable iceberg qu'est notre consommation de calories et qu'on n'obtiendra vraisemblablement pas grand résultats en s'attaquant à un symbole.

La semaine dernière, l'OMS appelait tous les pays du monde à taxer d'au moins 20 % des boissons sucrées, qui sont une des causes de l'actuelle épidémie d'obésité qui sévit aux quatre coins de la planète. Certains pays l'ont déjà fait, d'ailleurs, et ont noté une baisse de la consommation des boissons sucrées, gazeuses ou non. Le Mexique, par exemple, a vu les ventes reculer de 6 % après l'imposition d'une taxe qui augmentait les prix de 10 %, lisait-on dans une revue de littérature scientifique publiée récemment par l'Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Il est indubitable que les boissons sucrées ont contribué au problème d'obésité. À environ trois cuillerées à soupe de sucre par canette, il ne surprendra personne d'apprendre que de nombreuses études démontrent le lien entre les deux : plus quelqu'un en boit quotidiennement, plus ses chances d'avoir un problème de poids sont élevées.

Mais il est tout aussi indéniable que nos problèmes collectifs d'obésité ont des causes très complexes et que les boissons gazeuses n'en sont qu'une partie somme toute petite, bien que très médiatisée. S'il est assez bien prouvé qu'une taxe diminuerait la consommation de boissons sucrées, il est moins clair qu'elle aurait un effet sur l'obésité - et n'est-ce pas là le vrai but de l'exercice?

Ainsi, plusieurs études ont tenté de déterminer si le remplacement des boissons sucrées par des équivalents «diètes» (avec édulcorants, qui n'ont presque pas de valeur calorique) faisait maigrir. La dernière méta-analyse en date (à notre connaissance), publiée l'an dernier dans l'International Journal of Obesity, a trouvé qu'au bout de quelques mois, la perte de poids moyenne était de 1,4 kilo. Ça marche, donc cela fait une différence, mais elle est faible, même en remplaçant TOUTES les boissons sucrées par des succédanés peu caloriques - chose qu'une taxe ne ferait pas.

En outre, l'OMS présume que les hausses de prix ont des effets plus prononcés chez les strates les plus pauvres de la société, qui consomment plus de «sodas» que les autres. Mais c'est oublier qu'au Canada, les taux de tabagisme sont deux fois plus élevés chez les ménages les plus pauvres que chez ceux dont le revenu est supérieur à 80 000 $ par année.

Et de toute manière, pourquoi se contenter de la pointe de l'iceberg? Selon le chercheur de l'Université Laval et spécialiste du diabète André Marette, qui a publié un livre sur le sucre tout récemment, ce ne sont pas les boissons sucrées qui sont la source de l'épidémie d'obésité - encore qu'il les dénonce parmi d'autres causes -, mais plus généralement les fameux «sucres ajoutés» dans nos aliments, que l'on trouve d'un bout à l'autre de l'industrie alimentaire. Quand on les retire de notre alimentation moyenne, les quantités de sucre que nous mangeons quotidiennement retournent à des valeurs acceptables. Si l'on veut avoir un véritable effet sur notre tour de taille collectif, il serait plus logique de taxer ou réglementer l'ensemble de ces sucres ajoutés au lieu de viser un symbole.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer