Un bully dans la pharmacie

Le ministre Gaétan Barrette a engagé la semaine... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre Gaétan Barrette a engagé la semaine dernière un bras de fer avec l'industrie pharmaceutique. Faute d'une entente négociée sur le prix des médicaments génériques, il était prêt à lancer des appels d'offres le 1er juillet.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Si le ministre Gaétan Barrette réussit à réduire la facture de médicaments génériques de plus de 300 millions $ par année au Québec tout en évitant des effets secondaires pour les patients et tout en ne mettant pas d'emplois en péril, on pourra dire que sa méthode forte est gagnante cette fois-ci. Le bully a eu le dessus sur le puissant lobby pharmaceutique? C'est à suivre.

Dans ce dossier aussi il y a une obligation de résultat pour le ministre de la Santé. Les attentes sont grandes. Depuis des années, des chercheurs relèvent que le Canada et le Québec paient beaucoup trop cher pour les médicaments.

Le gouvernement Couillard, qui a prôné inlassablement depuis son élection l'efficience et l'utilisation rigoureuse des fonds publics, pouvait difficilement terminer son mandat sans s'attaquer à ce problème.

M. Barrette a procédé à une réorganisation administrative du réseau et il a imposé des changements aux médecins et aux spécialistes. Il était impossible pour lui, ou du moins cela aurait été difficilement défendable, d'ignorer un élément qui pèse lourd sur le budget de la santé : les médicaments. 

Le gouvernement Couillard a beau afficher un surplus budgétaire, la pression sur la croissance des dépenses en santé n'est pas près de s'essouffler avec le vieillissement de la population. Étant donné que le gouvernement Trudeau a refusé de hausser les transferts en santé, que le gouvernement Couillard a renoncé à la taxe santé, Québec n'a pas le choix de faire des économies à un endroit pour pouvoir investir dans d'autres. 

Le ministre Barrette a engagé la semaine dernière un bras de fer avec l'industrie pharmaceutique. Faute d'une entente négociée sur le prix des médicaments génériques, il était prêt à lancer des appels d'offres le 1er juillet. 

Samedi, son cabinet a plutôt publié un communiqué indiquant «qu'en raison de discussions avec des membres de l'industrie pharmaceutique québécoise laissant entrevoir la possibilité d'entente avec le gouvernement pour diminuer les coûts des médicaments génériques, le processus d'appel d'offres est retardé de quelques jours, et ce, dans l'objectif de laisser toute la place aux négociations».

Mardi avant-midi, le ministre Barrette indiquait aux médias qu'il attendait un document formel et qu'il était toujours disposé à lancer son appel d'offres si les pourparlers échouaient. Il a cette possibilité depuis plus d'un an.

La semaine dernière, l'Association canadienne du médicament générique a invité le ministre à renoncer à l'appel d'offres, un processus risqué selon elle. L'Association fait valoir que les économies réelles sont inconnues dans un processus d'appel d'offres, que l'approvisionnement actuel et futur en médicaments génériques moins chers pourrait être perturbé, et qu'en plus, des emplois pourraient être fragilisés dans l'industrie et des investissements compromis.

L'appel d'offres n'est pas une panacée même si le ministre prétend que le sien serait bien ficelé. Dans un rapport préparé pour le Commissaire à la santé et au bien-être, des chercheurs indépendants concluaient en 2013 que les appels d'offres pourraient engendrer des économies substantielles, mais qu'ils comportent de grands risques». Affaiblissement des concurrents, collusion entre les fabricants, retard de l'arrivée de génériques sur le marché, sécurité des approvisionnements compromise dans les régions éloignées, perte d'emplois dans l'industrie québécoise des médicaments génériques. La tarification dégressive était privilégiée par les chercheurs. 

Le ministre a-t-il trouvé meilleur remède et la posologie adéquate? Comme dans les autres dossiers traités par lui, la vigilance est requise.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer