Un trio pour la formation des profs?

Il est utopique de croire qu'un baccalauréat de... (123RF/Cathy Yeulet)

Agrandir

Il est utopique de croire qu'un baccalauréat de quatre ans prépare un individu pour 35 ans en enseignement. La formation continue est un enjeu majeur, écrit notre éditorialiste.

123RF/Cathy Yeulet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / La formation initiale et continue des enseignants est au centre de la réussite éducative, indiquait Québec dans son document de consultation sur la politique de réussite éducative qui doit être rendue publique ce printemps. Si l'ex-ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, François Blais, voulait resserrer les critères d'admission dans les facultés des sciences de l'éducation et rehausser les exigences en français pour les futurs enseignants, Sébastien Proulx et Hélène David sont peu bavards dans ce dossier. La formation de la personne qui se retrouve devant une classe devrait pourtant être aussi importante que l'architecture et l'aménagement des écoles.

Il en va souvent ainsi en éducation. Les priorités changent au gré des ministres.

Au printemps 2015, François Blais, nouveau ministre à l'Éducation, inscrivait la formation des futurs maîtres dans ses dossiers prioritaires. Il souhaitait que le Québec fasse un pas de plus, qu'il soit plus exigeant afin d'aller chercher les meilleurs candidats à la profession d'enseignant. 

M. Blais voulait instaurer un examen de français pour les étudiants désirant être admis au baccalauréat en enseignement primaire et secondaire. Il voulait également augmenter de 70 à 75 % la note de passage au test de certification en français écrit pour l'enseignement dont la réussite est essentielle à l'obtention du brevet d'enseignement, ainsi que limiter le nombre de reprises qui est depuis quelques années illimité.

François Blais envisageait aussi de fixer une cote de rendement (cote R) pour les étudiants voulant s'inscrire dans les facultés des sciences de l'éducation.

Deux ans plus tard, rien n'a changé. 

L'Association des doyens et directeurs pour l'étude et la recherche en éducation au Québec a proposé au ministre de limiter à quatre passations le test de certification en français écrit pour l'enseignement. Elle a obtenu une réponse verbale récemment. Les étudiants qui entreprendront leur baccalauréat de quatre ans en septembre auront donc probablement droit encore au nombre de reprises illimité.

Si les universités se montrent plus sévères sur la maîtrise du français, elles n'envisagent pas de modifier leurs conditions d'admission. La cote R, il est vrai, n'est qu'un indicateur parmi d'autres. Une cote de 29 ne garantit pas qu'un prof gère bien sa classe et sait passionner ses élèves. Les universités misent sur l'accessibilité (le mode de financement par étudiant les y incite) et placent des filtres (examens et stages) tout au long du baccalauréat. À l'Université Laval par exemple, sur 230 étudiants admis en enseignement primaire, 140 termineront leur formation. 

La formation initiale n'est cependant pas tout. Il est utopique de croire qu'un baccalauréat de quatre ans prépare un individu pour 35 ans en enseignement. La formation continue est un enjeu majeur. Ordre professionnel ou non, une mise à jour et l'acquisition de nouvelles connaissances ou compétences devraient être prévues pour tous les enseignants. Cela nécessite une structure de formation continue et des fonds. Si le gouvernement est sérieux lorsqu'il dit faire de l'éducation une priorité, il doit prévoir des actions en ce sens. 

On entend souvent que les enseignants manquent de formation pour faire face aux élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage, que le volet sur la gestion de classe doit être bonifié, de même que celui sur l'utilisation des nouvelles technologies à l'école. Ces lacunes doivent être comblées.

On ne peut parler de réussite éducative en négligeant la formation des maîtres.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer