La solidarité, oui, et après?

Un homme se recueille devant le Centre culturel... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Un homme se recueille devant le Centre culturel islamique de Québec, lundi.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / «Le défi est de le dire même après.» Tout est dans ce petit bout de phrase du premier ministre Philippe Couillard. Elle est belle et émouvante la grande solidarité exprimée à l'égard de la communauté musulmane de Québec depuis dimanche. Souhaitons ardemment qu'elle ne soit pas que circonstancielle, qu'elle perdure. Élus de tous les partis et simples citoyens doivent veiller quotidiennement à ne pas entretenir un terreau propice à la violence, à la haine, à la division.

«Ce n'est pas fleur bleue de dire qu'on veut une société plus fraternelle. Le défi est de le dire même après, quand la frénésie se sera calmée, à ce moment lancer encore plus l'appel à la tolérance», a déclaré M. Couillard lors d'une conférence à l'hôtel de ville de Québec. 

Devant l'horreur de la fusillade de dimanche soir où six personnes ont perdu la vie et d'autres ont été blessées, les messages de sympathie et ceux dénonçant cette violence barbare et gratuite abondent. Mais qu'adviendra-t-il après?

Il faut savoir tirer leçon de ce triste drame, et ce, indépendamment des motivations de son auteur. Individuellement et collectivement, nous avons une responsabilité pour mieux connaître l'autre, pour former une société diversifiée, harmonieuse où tous les citoyens sont égaux.

Il est à espérer que cette tragédie poussera certains à revoir leur discours, leur façon de faire, et qu'elle dissuadera quiconque de miser sur la peur de l'autre et sur la division pour s'attirer des votes ou la notoriété. Une sérieuse introspection est nécessaire. À jouer avec le feu, on risque d'embraser toute une société. L'approche d'ouverture et de tolérance appliquée jusqu'à maintenant au Québec et au Canada nous a pourtant très bien servi.

Il serait pratique d'expliquer le geste fou et meurtrier à la mosquée de Québec par le courant antimusulman provenant de notre voisin du Sud depuis l'élection de Donald Trump.

Or, ces dernières années et même encore récemment, des élus du Québec et du Canada ont aussi défendu des positions qui stigmatisent la communauté musulmane, et ce, au nom de la lutte contre le terrorisme, contre l'extrémisme religieux, ou au nom de l'identité et des «valeurs» des  Québécois et des Canadiens. La liberté de conscience et de religion fait pourtant partie de nos valeurs. C'est un droit fondamental et il a été sauvagement bafoué dimanche soir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer