Faim de meilleurs revenus

Plus de 860 000 adultes et enfants par... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Plus de 860 000 adultes et enfants par mois au pays sont obligés de recourir aux banques alimentaires pour se nourrir.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Le salaire minimum, les prestations d'aide sociale, les pensions de vieillesse et le soutien de nos gouvernements aux plus démunis correctement dosés? On pourrait le croire au Canada et au Québec. Mais lorsque de plus en plus de gens sont obligés de recourir aux banques alimentaires pour se nourrir - plus de 860 000 adultes et enfants par mois au pays -, ni les élus ni la population ne peuvent nier qu'il existe un problème et que des ajustements sont requis.

Les Bilan-Faim des banques alimentaires du Canada et du Québec publiés à cette période chaque année viennent nous rappeler que malgré les efforts pour limiter les inégalités sociales et pour soutenir les plus vulnérables, du travail reste à accomplir sur plusieurs fronts pour que tous les citoyens puissent manger à leur faim.

Il n'y a pas que les sans-abri qui doivent compter sur les soupes populaires et les banques alimentaires. Voyons les données du Bilan-Faim Québec 2016 et le portrait des personnes aidées.

Elles révèlent que 61,1 % sont prestataires de l'aide sociale, que 10,8 % ont un revenu d'emploi (la proportion grimpe à 15,8 % dans la région de la Chaudière-Appalaches), que 7,2 % reçoivent une pension de vieillesse et que 3,7 % touchent une prestation d'invalidité. Autre chiffre inquiétant : 36 % de l'aide offerte au Canada est dirigée vers des enfants. 

Ce portrait vient donner un éclairage supplémentaire aux débats sur la fixation du salaire minimum, sur l'aide sociale, sur la fiscalité, sur les programmes sociaux et sur la lutte à la pauvreté. Lorsque des milliers de citoyens sont incapables de remplir eux-mêmes leur frigo avec leur chèque de paye ou leur prestation, force est d'admettre que notre filet social a des trous.

Des trous qui ne cessent de s'agrandir même si la situation économique s'est améliorée depuis la crise de 2008. C'est la troisième année consécutive que le nombre de personnes ayant recours aux services des banques alimentaires est en hausse au Canada. Au Québec, les banques ont dû répondre pour une deuxième année consécutive à une augmentation de plus de 100 000 demandes. 

Ces dernières années, nos politiciens se sont portés à la défense des gens de la classe moyenne et ont ajusté leur discours et leurs politiques pour leur donner de l'oxygène. Très bien. Mais ils ne doivent pas perdre de vue le sort des gagne-petit, des plus pauvres. 

Les banques alimentaires du Québec notent que leur mission a évolué depuis les années 80. «L'engagement était de s'assurer que nos voisins seront en mesure de mettre au moins un repas par jour sur la table. Plus de 30 ans après, les banques alimentaires fournissent de l'aide alimentaire de première nécessité en répondant à plus de 1,7 million de demandes par mois de provisions, repas et collations; un nombre en augmentation année après année.» 

Il faut travailler à freiner cette dépendance aux banques alimentaires. Chaque palier de gouvernement est interpellé. Que ce soit en haussant le salaire minimum tout en évitant de mettre en péril trop d'emplois, en s'assurant que les prestations (aide sociale, assurance-emploi, pension) couvrent tous les besoins, en prévoyant un meilleur accès à des logements sociaux, en adoptant des politiques pour contrer la pauvreté, notamment chez les enfants.  

Dans leur bilan de 2015, les banques alimentaires soulignaient qu'en l'absence d'une action substantielle et systématique pour s'attaquer à la faim, elles étaient devenues une «réponse institutionnelle» au problème de la faim au Québec. «Ce sont les employés et bénévoles des banques alimentaires qui réagissent de plus en plus aux impacts de la pauvreté.»

On ne peut pas leur laisser ce lourd fardeau en refilant quelques billets et boîtes de conserve avant la période des Fêtes pour se donner bonne conscience.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer