De Séraphin à Père Noël

Le ministre des Finances, Carlos Leitão... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre des Finances, Carlos Leitão

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Des réinvestissements dans les services publics, le contrôle de la dette et même, le retrait de la taxe santé dès l'an prochain pour tous les contribuables. Le ton du ministre des Finances, Carlos Leitão, devrait être très positif aujourd'hui. Noël, et surtout le prochain rendez-vous électoral, approchent. Pourtant, l'impasse entre Québec et Ottawa sur les transferts en santé commande une certaine prudence. Si le gouvernement Couillard échoue à convaincre le fédéral, il aura du mal à répondre aux besoins des malades et à maintenir l'équilibre budgétaire si péniblement atteint.

Ces derniers mois, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a dénoncé le gouvernement de Justin Trudeau qui fait sienne la décision des conservateurs de Stephen Harper de fixer à compter de 2017 la croissance des transferts en santé à 3 % et non plus à 6 %.

Cette réduction du financement, que le ministre Barrette évalue à près de 61 milliards $ pour l'ensemble du pays, aura «un impact négatif sur notre capacité de donner les services», martelait-il la semaine dernière.

Voir fondre les transferts en santé de 6 à 3 %, représente une perte pour le Québec de 7,3 milliards $ entre 2017 et 2025, évaluait le ministre des Finances dans son budget de 2015. Des milliards de moins pour des soins, pour accroître l'accès aux services, pour des achats d'équipement, pour payer le personnel soignant.

Or, cette perte appréhendée n'empêcherait pas Québec de devancer d'une année l'abolition de la taxe santé, cette taxe maladroitement imposée par le gouvernement de Jean Charest pour financer le réseau. Tous les contribuables gagnant plus de 14 000 $ devaient payer une contribution de 25 $ en 2010, de 100 $ en 2011 et de 200 $ en 2012. Québec allait ainsi chercher près d'un milliard de dollars. Depuis, les contribuables moins fortunés ont été exemptés de la taxe et celle-ci est devenue plus progressive, oscillant entre 80 $ et 1000 $ selon le niveau de revenus. 

Le gouvernement Couillard avait prévu l'abolir pour tous en 2018. M. Leitão devrait annoncer aujourd'hui que ce sera fait dès l'an prochain pour alléger le fardeau fiscal des Québécois. Est-ce bien sage de réduire le fardeau fiscal des personnes touchant de hauts revenus alors que Québec ignore la somme exacte qu'il recevra d'Ottawa pour la santé?

On peut penser qu'Ottawa, en situation déficitaire, trouvera dans cette décision un argument supplémentaire pour réduire ses transferts en santé et imposer des conditions pour l'utilisation des fonds fédéraux. 

Si une plus forte croissance économique n'est pas au rendez-vous au Québec, si le gouvernement Couillard délaisse sa gestion serrée des finances publiques parce qu'il souhaite séduire les électeurs, si Ottawa maintient de son côté la ligne dure (comme il l'a fait en s'opposant aux frais accessoires que le ministre Barrette voulait «normaliser»), il sera difficile pour Québec de faire miroiter le paradis dans le réseau de la santé. Même, dans tous les secteurs puisque ce secteur accapare près de la moitié de son budget. 

Il est intéressant de relire un rapport produit en juillet par l'Institut du Québec, un organisme que préside Raymond Bachand, l'ancien ministre des Finances qui avait introduit la contribution santé.

Dans «Équilibre budgétaire. Fragile ou robuste? Les défis du financement de la santé au Québec», les auteurs soulignent que la situation financière du Québec demeure sensible à la variation des transferts fédéraux. Ils soutiennent aussi qu'un rythme de croissance des dépenses de santé de 2 % en 2016-2017 et de 2,7 % en 2017-2018 est insuffisant pour soutenir la hausse naturelle des dépenses de santé, du moins à long terme. Ils préconisent un rythme de 4,2 %.

Des chiffres qu'il faudra garder en tête pour apprécier les futurs réinvestissements.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer