Déni et défi des libéraux

La façon dont Philippe Couillard a réagi à l'accablant... (123RF/Wavebreak Media Ltd)

Agrandir

La façon dont Philippe Couillard a réagi à l'accablant rapport de la protectrice du citoyen sur le prix de l'austérité laisse craindre que la performance budgétaire ait encore préséance sur les services aux citoyens.

123RF/Wavebreak Media Ltd

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Le gouvernement a beau faire miroiter des investissements en santé, la façon dont Philippe Couillard a réagi à l'accablant rapport de la protectrice du citoyen, concluant que les plus vulnérables ont payé le prix de l'austérité, laisse craindre que la performance budgétaire ait encore préséance sur la performance des services aux citoyens. Et si Ottawa ne se montre pas plus généreux, il est loin d'être assuré que le sort des personnes qui attendent des soins à domicile s'améliorera. Il faudrait investir 5,5 milliards $ par an pour répondre aux besoins, alors que Québec y consacre 1,3 milliard $.

Le premier ministre Couillard laisse croire que le retour à l'équilibre budgétaire est un signe certain de jours meilleurs. En écoutant jeudi son ministre de la Santé, Gaétan Barrette, devant l'Association médicale canadienne, on constate qu'il devra convaincre Ottawa de garnir ses coffres pour y arriver.

«Les discours sur les personnes vulnérables, les discours sur la solidarité, avec des finances publiques déséquilibrées et un endettement chronique, ce n'est que du vent, ça ne veut rien dire pour la population», a affirmé Philippe Couillard. «Ce qui menace le plus les services publics, y compris pour les personnes vulnérables, ce sont les déficits constants et l'endettement qui enlèvent toute capacité d'agir au gouvernement.»

Une telle empathie a dû agir comme un baume pour les 40 000 personnes de 65 ans et plus et leurs proches qui réclament de meilleurs soins à domicile, ainsi que pour la femme atteinte de sclérose en plaques contrainte à dormir la nuit dans son fauteuil roulant.

Ces personnes ont souffert, mais elles seront «récompensées» parce que le Québec a retrouvé l'équilibre budgétaire et qu'il a maintenant les marges de manoeuvre pour réinvestir dans les services publics. N'est-ce pas merveilleux? Des milliers de Québécois ont vécu des situations pénibles, certaines ont dû se battre avec la machine bureaucratique, mais tout ça était pour leur bien futur et pour le bien commun.

Quel manque de sensibilité. Un déni d'autant plus choquant que des bien nantis, on pense notamment aux médecins et à de hauts fonctionnaires, n'ont pas eu à subir les contrecoups de la «rigueur» budgétaire.

Le gouvernement Couillard a sûrement prévu que les millions de dollars qu'il injectera d'ici les élections de 2018 effaceront les mauvais souvenirs. Les libéraux de Justin Trudeau viennent toutefois contrecarrer son plan en voulant baisser les transferts en santé de 6 à 3 % comme l'avait prévu le gouvernement Harper.

Et ce ne sont pas les 3 milliards $ qu'Ottawa promet sur quatre ans pour les soins à domicile qui soulageront Québec. Le ministre Barrette en a fait la démonstration jeudi devant l'Association médicale canadienne. Le Québec recevrait 232 millions $ par année pour les soins à domicile, mais Ottawa diminuera par ailleurs son financement de 385 millions $. «Je vais où avec ça en termes d'accroissement de services à domicile?» a demandé le ministre pour qui il n'y a pas pire timing pour réduire les transferts en santé. Il prévoit que le couperet tombera de nouveau en 2019.

M. Barrette estime qu'il lui faudrait 970 millions $ de plus par an pour répondre aux besoins des cas les plus lourds. Il évalue que 5,5 milliards $ par année seraient nécessaires pour répondre aux besoins réels, quantifiés, répertoriés et documentés de services à domicile. Une somme appelée à croître avec le vieillissement de la population

Selon Gaétan Barrette, il n'y a pas un gouvernement provincial ou territorial qui peut se faire réélire sans «s'adresser» à la problématique des soins à domicile. Il y a donc de l'espoir. Reste à voir le sérieux de leurs propositions et de leurs engagements.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer