Soudaine conversion du Dr Barrette

Québec a tellement tardé à interdire les frais... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Québec a tellement tardé à interdire les frais accessoires qu'un doute subsiste.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Le ministre Gaétan Barrette a tellement affirmé une chose et son contraire à propos des frais accessoires payés par les patients dans les cabinets de médecins, qu'il est difficile aujourd'hui de le croire sur parole lorsqu'il affirme qu'il met fin à cette pratique et que «pas un sou supplémentaire» ne sera versé aux spécialistes et aux omnipraticiens. Demeurons vigilants. M. Barrette et le premier ministre Couillard n'ont pas l'habitude de dire non à leurs anciens confrères.

Certes, l'intention du ministre est une excellente nouvelle. Nous avons maintes fois dans cette page déploré qu'un 10 $, un 60 $, un 500 $ soient réclamés pour des soins médicalement requis, créant ainsi deux types de patients. Ceux qui peuvent obtenir des services rapidement parce qu'ils peuvent payer, et les autres qui doivent attendre des mois parce que leur carte d'assurance maladie est leur unique mode de paiement.

Reste à voir si la formulation du règlement sera suffisamment claire pour mettre véritablement fin à la facturation et si la Régie de l'assurance maladie du Québec ainsi que le Collège des médecins feront respecter la réglementation. Il faudra également éviter des ruptures de services. Si l'accès à l'hôpital est limité faute de ressources matérielles ou humaines et si le médecin en cabinet n'offre plus le service - par exemple des coloscopies et des vasectomies -, des personnes seront encore pénalisées si la seule possibilité pour être traité rapidement est d'acheter des soins dans une clinique privée.

M. Barrette voulait d'abord se contenter de «normaliser» les frais accessoires, soutenant qu'il était impossible de les supprimer, car Québec ne pouvait assumer une facture de 50 millions $. Il disait que l'interdiction pouvait limiter l'accès aux soins, même entraîner une hausse d'impôt. M. Barrette a même affirmé que les gens étaient d'accord pour payer. Une affirmation qui s'arrimait mal avec un nombre accru de plaintes au Collège des médecins et des recours juridiques pour faire respecter la Loi canadienne sur la santé.

Le revirement du ministre laisse donc sceptique et inspire une saine méfiance. Il lui a fallu aussi beaucoup de temps pour admettre que les médecins pouvaient assumer ces frais à même leur généreuse rémunération de 7 milliards $. Lorsqu'on doit négocier les transferts en santé avec Ottawa et qu'on se plaint d'un financement inadéquat, il devient cependant gênant de remplir les poches des médecins et de vider celles des patients.

M. Barrette se voulait convaincant mercredi avec sa carte-soleil. On aurait pu le croire en campagne électorale. «[...] il n'y aura plus de gouttes ni à 200 $, ni à 1 $, ni à 0,50 $, il n'y aura plus de frais. [...] C'est donc, ici, l'abolition complète des frais accessoires.»

En faisant ressortir que les revenus tirés des frais accessoires étaient de 65 millions $ chez les spécialistes et de 18 millions $ pour les omnipraticiens, alors que le «prix coûtant» se situerait entre 10 et 13 millions $, le ministre se rangeait aussi du côté de ceux qui estiment que les médecins du Québec sont trop gâtés.

Ce temps est révolu? Québec et ses médecins sont toujours en négociation, et le ministre Barrette a refusé de dire en conférence de presse qu'il n'irait pas au-delà de la clause remorque prévoyant les hausses salariales de 5,25 % consenties aux employés de l'État.

La fédération des spécialistes réplique déjà que les frais accessoires, c'est plus que des gouttes. Ce sont aussi des équipements hautement spécialisés et dispendieux. Elle se demande aussi d'où provient son chiffre de 13 millions $ puisque le comité tripartite promis n'a jamais été convoqué.

Le ministre voudrait bien le laisser croire, mais le dossier n'est pas clos.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer