La médecine des libéraux

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Philippe Couillard et Gaétan Barrette manifestent de plus en plus d'impatience à l'égard du gouvernement Trudeau et sa façon de financer le secteur de la santé. Les libéraux provinciaux disent bien sûr s'inquiéter pour les patients, mais l'attitude d'Ottawa est aussi très préoccupante pour eux politiquement. Si le gouvernement fédéral limite les transferts en santé en plus d'imposer ses priorités, la capacité de l'équipe Couillard de réinvestir en ce domaine après des mois de «rigueur budgétaire» sera réduite. 

MM. Couillard et Barrette goûtent en quelque sorte à la médecine qu'ils ont servie au réseau de la santé depuis 2014. La demande pour des services est en hausse, notamment à cause du vieillissement de la population, mais le financement ne suit pas le même rythme.

Lorsque cela se passait dans sa cour et que son unique objectif était le déficit zéro, les doléances des malades, de leurs proches ou du personnel de la santé par rapport aux compressions ne pesaient pas lourd pour le gouvernement Couillard. Il pouvait limiter la croissance des dépenses en santé bien en deçà de celle des années précédentes, cela n'avait pas de conséquences pour les malades, soutenaient les libéraux. Une meilleure gestion et les réformes Barrette devaient éliminer les effets secondaires d'un tel choix.

L'équilibre budgétaire atteint, le gouvernement ne veut manifestement pas perdre ses marges de manoeuvre. Or si le gouvernement Trudeau s'en tient à ce qu'avait décidé celui de Stephen Harper, soit de limiter à 3 % le niveau de croissance des transferts en santé en 2017 - et non plus à 6 % comme depuis 2014 - investir dans de nouveaux établissements et services, dans les plus récentes technologies et abolir la «taxe santé» comme il l'a promis deviendra plus ardu pour le gouvernement Couillard.

Ce dernier est habituellement très peu revendicatif à l'égard d'Ottawa. Ces dernières semaines, le ministre Barrette a cependant plus d'une fois demandé au fédéral de préciser ses intentions et de cesser de se défiler. «Qu'il le dise! Nous, on va prendre le relais et on va expliquer à la population que la conséquence, c'est une attaque, une atteinte à la hauteur des services qu'on donne à la population.» Québec s'oppose aussi à la volonté du gouvernement Trudeau de cibler les domaines (soins à domicile, santé mentale) où il veut que l'argent soit investi. «Pas question» d'accepter des conditions en échange d'un financement additionnel, a martelé mardi le premier ministre.

L'an dernier, Québec évaluait à 7,3 milliards $ la perte qu'il devrait assumer si Ottawa réduisait ses transferts en santé entre 2017 et 2025. Selon le gouvernement québécois, le fédéral économiserait 32,6 milliards $ durant la même période. Ottawa finançait 50 % des dépenses admissibles en santé dans les années 70. Sa part s'élevait à 22,4 % en 2013-2014.

Les querelles de juridictions ne passionnent pas la population, mais elle en paie le prix. La part que le citoyen doit payer de sa poche ou par des assurances privées pour obtenir des soins de santé est de plus en plus grande. En 1975, 78,8 % des dépenses en santé étaient assumées par des fonds publics. En 2014, la proportion était réduite à 70,6 %.

Les gouvernements se désengagent, mais en plus, ils prétendent respecter la Loi canadienne sur la santé alors que le manque de financement écorche ses principes d'accessibilité et d'universalité. Ce qui donne des situations assez inusitées au Québec où des souverainistes demandent à Ottawa d'intervenir afin de faire respecter la loi canadienne, pour protéger le système public et réclamer plus de soins à domicile.

Les élus fédéraux et provinciaux doivent donner l'heure juste sans attendre que les tribunaux leur dictent la voie à suivre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer