Énergie Est: une évaluation gâchée

Un manifestant a réussi à déjouer la sécurité... (La Presse, Patrick Sanfaçon)

Agrandir

Un manifestant a réussi à déjouer la sécurité et à foncer vers la table des commissaires avant d'être maitrisé.

La Presse, Patrick Sanfaçon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Le gouvernement Trudeau s'est contenté en janvier d'une «réformette» de l'Office national de l'énergie afin, disait-il, de préserver la confiance des investisseurs et de ne pas suspendre les évaluations déjà entamées. Si, par ailleurs, la confiance de bon nombre de citoyens et d'élus municipaux à l'égard de l'Office demeure défaillante, la réalisation de projets comme celui d'Énergie Est ne sera pas davantage facilitée. Bien au contraire.

Aussi longtemps qu'un coup de barre ne sera pas donné à l'Office national de l'énergie (ONE) et que les deux commissaires contestés resteront au dossier d'Énergie Est, des manifestations et des désordres comme ceux qui se sont produits hier à Montréal et qui ont mené à la suspension des audiences portant sur le projet de pipeline de TransCanada risquent malheureusement de se répéter. Dans ce dossier et dans d'autres qui suivront. C'est contreproductif et décevant pour tout le monde.

Ce genre d'affrontements n'a rien de bien attirant pour de futurs investisseurs. En voulant ménager les promoteurs, en soumettant l'évaluation de leur projet à une instance dont l'indépendance et la crédibilité sont mises en doute ou en escamotant des étapes, les gouvernements se prennent au piège et viennent à nuire à ceux qu'ils voulaient aider (qu'on se rappelle le dossier des gaz de schiste au Québec). Les contestations s'accumulent, les délais s'allongent, la suspicion à l'égard des promoteurs s'accentue, de même que celle envers les politiciens.

Difficile d'obtenir l'acceptabilité sociale d'un projet lorsque la population n'a pas confiance dans les organisations chargées d'en faire une évaluation juste et complète qui tiendra compte de leurs préoccupations.

Le projet de pipeline de TransCanada Est, par sa nature même et son ampleur, est difficile «à vendre», notamment au Québec. Des maires craignent pour l'alimentation en eau de leur population, des agriculteurs et des autochtones pour leurs terres et leurs rivières. D'autres groupes et citoyens s'opposent à une industrie polluante et comptent plutôt sur les énergies propres pour créer des emplois. 

Lorsqu'on apprend que deux des trois commissaires chargés d'évaluer Énergie Est ont eu une rencontre privée avec Jean Charest alors qu'il était consultant pour TransCanada, que l'Office national de l'énergie, un organisme quasi judiciaire, le nie, puis le confirme, il est difficile d'avoir confiance dans un tel processus d'évaluation.

Comment penser poursuivre les audiences sur un projet aussi controversé dans les mêmes conditions, avec les mêmes commissaires? Même si un examen venait à la conclusion que les commissaires Jacques Gauthier et Lyne Mercier ont agi correctement et selon des règles bien établies, le mal est fait, le doute est semé.

Le verdict serait peut-être moins sévère si l'Office ne soulevait pas d'autres critiques. Or, la Commissaire à l'environnement et au développement durable a déposé en janvier un rapport mitigé sur sa surveillance des 73 000 kilomètres de pipeline. La moitié des dossiers examinés étaient déficients. La commissaire notait que l'Office peinait à recruter et à maintenir du personnel spécialisé dans les domaines clés comme l'intégrité des pipelines et la conformité réglementaire. 

Un processus d'évaluation des projets qui soulève des doutes, une surveillance inadéquate par la suite des installations existantes, le gouvernement libéral en décevra plusieurs s'il laisse la situation perdurer. 

Justin Trudeau a reproché au gouvernement conservateur de Stephen Harper de s'être comporté en «cheerleader des projets» pendant 10 ans, plutôt qu'en «arbitre responsable». Pour éviter que le même reproche lui soit adressé, le public doit être convaincu que l'Office national de l'énergie n'a aucun parti pris.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer