Aide à Normandeau: profond malaise

Nathalie Normandeau au palais de justice de Québec, le... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Nathalie Normandeau au palais de justice de Québec, le 9 juin dernier

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Des collectes de fonds, du financement participatif, il en existe de toutes les sortes. Pour soutenir un enfant gravement malade, pour obtenir plus d'un bain par semaine dans un CHSLD, pour éviter la fermeture d'une clinique sans médecin, pour permettre à une pizzeria d'acquérir des fours, pour financer un livre et, depuis lundi, pour aider l'ex-ministre libérale Nathalie Normandeau à assumer ses frais juridiques. Une initiative qui laisse grandement perplexe. Mme Normandeau est accusée de complot, corruption, abus de confiance et fraude envers le gouvernement.

Bien sûr, rien n'empêche des individus d'apporter leur soutien financier à cette Gaspésienne, ancienne députée de Bonaventure et vice-première ministre. Chacun peut contribuer à la cause qui lui tient à coeur. Des Gaspésiens ont apprécié son travail, elle a été bonne pour eux et pour la région, elle est «l'amie de tout le monde» en Gaspésie. Chacun peut motiver sa contribution et manifester sa sympathie pour Mme Normandeau qui a été en politique municipale et provinciale pendant 15 ans.

Là où ça ne va plus, c'est lorsque les instigateurs de cette collecte de fonds, des libéraux, s'approprient le rôle de juge. «Pour nous, Mme Normandeau est innocente. Elle a fait ce qu'elle a fait dans le cadre de ses fonctions de ministre, avec un pouvoir discrétionnaire qu'elle a utilisé. Si on vous donne un pouvoir discrétionnaire, c'est pas pour mettre dans un coffre-fort, pour dire "je l'utiliserai pas". Elle n'a pas pris d'argent public pour s'enrichir ou pour elle personnellement», soutenait lundi Fabrice Bourque.

Devant la commission Charbonneau, Mme Normandeau estimait qu'elle n'avait pas abusé de son pouvoir discrétionnaire en haussant à 32 reprises le montant de subventions accordées à des projets d'infrastructures de l'eau sans fournir de justificatif. Pour elle, ce pouvoir sert de contrepoids à celui des fonctionnaires.

Mme Normandeau a-t-elle agi pour avantager les finances du Parti libéral du Québec et pour récompenser par des contrats publics des firmes qui donnent généreusement à la caisse libérale? La question ne semble pas préoccuper M. Bourque. D'autres retiendront cependant que ce n'est pas parce que Nathalie Normandeau était l'ambassadrice des régions et qu'elle les représentait avec force et conviction que Lino Zambito lui offrait des billets de spectacles et une quarantaine de roses lorsqu'elle était ministre des Affaires municipales.

M. Bourque se permet aussi un parallèle avec le sénateur conservateur Mike Duffy. «Ça ne paraissait pas bien. Tout le monde l'avait crucifié sur la place publique, et finalement, au bout de la ligne, on l'a blanchi complètement.»

Laissons donc justement les tribunaux faire leur travail et évaluer s'il y avait bel et bien des retours d'ascenseur entre les élus, les entrepreneurs qui obtiennent des contrats du gouvernement et les partis politiques. 

La cause de Mme Normandeau et des autres personnes arrêtées par l'Unité permanente anticorruption en mars dernier revient d'ailleurs au palais de justice de Québec mardi. Mme Normandeau, Bruno Lortie, Marc-Yvan Côté, François Roussy, France Michaud, Mario Martel et Ernest Murray profitent tous de la présomption d'innocence. Il n'appartient cependant pas à leurs proches ou aux Gaspésiens de déterminer s'ils sont innocents ou coupables.

Ne mêlons pas les choses et ne devançons pas les étapes. On peut certes faire appel à la solidarité et à la générosité du public afin d'atteindre divers objectifs. Même pour des recours juridiques, un tel site existe aux États-Unis pour aider les gens à se défendre et plaider leur cause devant les tribunaux. Les Gaspésiens qui se portent au secours de Nathalie Normandeau devraient s'en tenir à lui fournir des moyens pour se défendre, se garder une «petite gêne» et éviter de présumer du résultat.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer