Cote en hausse, confiance en baisse

Avec la fin de session tumultueuse qu'il connaît,... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Avec la fin de session tumultueuse qu'il connaît, le gouvernement Couillard montre qu'il est loin d'avoir les bonnes réponses et les meilleures solutions à tout.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Philippe Couillard et ses ministres doivent tirer une leçon de l'horrible semaine qu'ils viennent de traverser: il est temps d'écouter et de cesser de sous-estimer leurs partenaires et les citoyens. La bonne note obtenue de Standard and Poor's ne gomme pas les faiblesses du gouvernement qui fait preuve d'arrogance et de suffisance, et accumule les ratés sur plus d'un front.

L'agence de notation Standard and Poor's a beau saluer la gestion des finances publiques du gouvernement Couillard et faire passer la cote de crédit A+ du Québec de «stable» à «positive», la confiance des Québécois à l'égard de l'équipe libérale risque de dégringoler s'il ne révise pas ses façons de faire. 

Démissions d'un ministre et d'un député réclamées. Crise de confiance qui s'accroît au ministère des Transports. Ministre qui contredit la vérificatrice générale à propos de la vente d'actions de Rona par Investissement Québec. Exaspération du pdg de Pétrolia. Ce désolant tableau de la semaine n'est pas attribuable à la rigueur budgétaire exercée par le gouvernement et au mécontentement qu'elle a suscité et qu'elle continue de susciter.

Éliminons cette explication trop commode. Il faut plutôt s'attarder à l'attitude du premier ministre et de certains ministres pour expliquer les difficultés et la grogne des derniers jours. La journée de jeudi en a fourni plus d'un exemple.

Ainsi, même si la vérificatrice générale affirme que son seul rapport ne peut ni blanchir ni noircir qui que ce soit, M. Couillard n'a pu s'empêcher de protéger son ex-ministre Sam Hamad, qui, rappelons-le, a présidé sa campagne à la direction du Parti libéral.  «Ça montre qu'il ne faut pas porter de jugement trop tôt», a-t-il affirmé.

La vérificatrice soulève de sérieuses questions sur la façon dont est octroyée l'aide de l'État. Une subvention peut être bonifiée de 1 million $ sans explications et ses retombées, surévaluées, et le chef d'un gouvernement qui prône la rigueur n'a rien de plus à dire? Malaise.

Poursuivons. Estimant que la lettre de l'enquêteuse Annie Trudel était susceptible d'ébranler la confiance des citoyens envers les institutions, on a, au ministère des Transports, démis deux personnes de leurs fonctions, dont le chef de cabinet. Qu'a-t-on appris jeudi? Que sur la recommandation du bureau du premier ministre, Pierre Ouellet avait été embauché au cabinet de François Blais pour planifier un forum sur l'emploi. La confiance se retisse bien rapidement dans les rangs libéraux. Trop rapidement, et cela alimente le cynisme du public. 

La confiance inébranlable que manifestent certains ministres, qui, sans gêne, font fi de l'expertise et des arguments des autres, devient aussi un handicap. Gaétan Barrette, le ministre de la Santé , en a fait encore la démonstration en raillant le dernier rapport du Commissaire à la santé et au bien-être portant sur les urgences.

Le commissaire «se trompe et il est mal informé» sur le mode de rémunération des médecins. Il formule des doutes sur l'apport des supercliniques que le ministre veut instaurer? Selon M. Barrette, c'est qu'«il n'a pas compris comment ça fonctionne». Le premier ministre, qui invite l'opposition au respect, pourrait-il réclamer la même chose à son ministre de la Santé?  

D'autant plus que celui-ci semble influencer son collègue François Blais. Ce dernier a déclaré qu'il y avait «un petit peu d'ignorance» chez les 300 professeurs et chargés de cours universitaires qui critiquent son projet de loi sur l'aide sociale. Même si M. Blais a corrigé ses propos, préférant parler d'«une mauvaise compréhension du projet de loi», le mal est fait.

Avec la fin de session tumultueuse qu'il connaît, le gouvernement montre qu'il est loin d'avoir les bonnes réponses et les meilleures solutions à tout.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer