Travail-famille: se mettre à jour

Moins d'un an après être devenu chef du... (La Presse, Martin Chamberland)

Agrandir

Moins d'un an après être devenu chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau avait annoncé qu'il mettait fin à sa carrière politique pour des raisons familiales.

La Presse, Martin Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Comment va-t-il ou va-t-elle concilier famille et travail? La question est posée à chaque candidat qui souhaite succéder à Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois. Une autre question s'imposerait aussi. Que comptent faire les parlementaires québécois pour que la conciliation travail-famille soit plus facile, qu'importe le secteur d'emploi? À Ottawa, le gouvernement Trudeau vient de lancer une consultation afin de modifier le Code canadien du travail. Québec doit aussi s'assurer que son cadre législatif est adapté à la réalité de 2016.

Une meilleure conciliation travail-famille fait partie des engagements de Justin Trudeau. Il veut donner aux travailleurs relevant des secteurs de compétence fédérale (transport, banque, télécommunications, radiodiffusion) le droit de demander des «conditions de travail souples» afin qu'ils trouvent un bon équilibre entre leurs responsabilités professionnelles, familiales et personnelles.

Verbiage et voeu pieux de politicien? Racolage électoraliste? La ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'oeuvre et du Travail, MaryAnn Mihychuk, a reçu un mandat, et celle-ci a amorcé lundi une consultation auprès des citoyens, des employeurs et des experts.

Dans un document de réflexion, la ministre indique que la génération du millénaire - celle des personnes nées entre 1980 et 2000 - est la plus importante sur le marché du travail et que celle-ci a des attentes différentes à l'égard du travail. «Il ressort de plusieurs études récentes que bon nombre de ces personnes souhaitent une souplesse accrue quant à la façon de travailler ainsi qu'au moment et au lieu où le travail est effectué, car elles accordent une grande importance à la conciliation travail-vie personnelle.»

La ministre note également que les employeurs doivent de plus ajuster leur milieu de travail pour tenir compte d'une main-d'oeuvre de plus en plus diversifiée et multiculturelle.

Si les caractéristiques de la main-d'oeuvre changent, si 58 % des Canadiens déclarent être «surchargés» par leurs différents rôles (selon l'Association canadienne pour la santé mentale), le statu quo paraît intenable.

Espérer que tous les employeurs apporteront spontanément les ajustements nécessaires est illusoire. Certes, bon nombre ont compris qu'ils n'avaient pas le choix de s'adapter pour attirer des travailleurs et conserver leurs employés. Mais d'autres modifieront leur façon de faire uniquement si le gouvernement l'impose.

Le Québec ne peut échapper à une mise à jour, même s'il s'est doté d'une politique familiale qui facilite la conciliation travail-famille. Certains soutiennent même qu'il faudrait aussi améliorer la conciliation famille, travail et études. À l'Université Laval et dans le réseau de l'Université du Québec, 25 % de la population étudiante a des enfants.

La durée de la semaine de travail, le calcul des heures supplémentaires, la durée des vacances, le nombre de congés prévus aux normes du travail tiennent-ils encore la route dans la réalité de 2016? Les horaires et l'organisation du travail sont-ils assez flexibles? Le gouvernement Marois avait créé un comité consultatif famille pour le guider. On attend la suite.

La Presse indiquait cette semaine que la majorité des membres de ce comité conclut que la Loi sur les normes du travail est nettement insuffisante pour faciliter la conciliation et qu'elle doit être modifiée. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante s'oppose toutefois à une telle révision et réfute la nécessité d'une loi-cadre. «Au plan législatif, on estime qu'il y en a suffisamment au Québec en matière de conciliation travail-famille», a expliqué la vice-présidente.

Une réaction prévisible qui ne devrait pas empêcher les parlementaires de mieux concilier les intérêts des employeurs et ceux de leurs employés.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer