Éducation: le discours sonne faux

ÉDITORIAL / «Soyons le parti de l'éducation, le gouvernement de l'éducation.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / «Soyons le parti de l'éducation, le gouvernement de l'éducation. Moi, je veux être le premier ministre de l'Éducation», a affirmé en fin de semaine Philippe Couillard. Rien de moins. Un effort de repositionnement qui malheureusement sonne faux, sent l'improvisation et indique que le gouvernement libéral n'a pas vraiment tiré de leçon des erreurs commises depuis deux ans.

Il est difficile de croire dans la conversion du gouvernement Couillard. Si le mouvement «Je protège mon école publique» n'avait pas mobilisé plus de 100 000 participants à des chaînes humaines et si la Coalition avenir Québec n'avait pas fait de l'éducation sa priorité et prôné la maternelle à 4 ans et l'instruction obligatoire jusqu'à 18 ans, les libéraux n'auraient pas senti l'obligation de corriger le tir avant les élections de 2018. 

Ils auraient continué de surfer sur le «réinvestissement» de 109 millions $ consenti dans le dernier budget en prétendant faire de l'éducation une priorité, même si les besoins ne sont pas comblés dans les écoles (ni dans les cégeps et les universités).

L'arrivée de Sébastien Proulx et la possible contestation juridique du projet de loi 86 sur la gouvernance scolaire, ainsi que son inutilité démontrée pour accroître la réussite des élèves, permettent un virage nécessaire. On efface et on recommence.

On recommence en regardant sur la copie du voisin en espérant obtenir une meilleure note de la part des électeurs. On recommence en reproduisant les mêmes fautes et en pensant que cette fois-ci, le résultat sera meilleur. On recommence en prenant comme modèles les écoles anglophones et en y voyant la preuve que la réussite n'est pas une question de ressources puisque toutes les commissions scolaires disposent de budgets semblables au Québec. On recommence avec un ministre qui arrive avec des orientations dont on ne parlait pas - ou bien peu - trois mois plus tôt, ni même avant ni après les élections. 

Un «gouvernement de l'éducation» ne s'élabore pourtant pas en quelques semaines et à quelques heures d'un conseil général. En décembre 2014, M. Couillard disait que son ministre de l'Éducation, qui était alors Yves Bolduc, présenterait au début de 2015 la vision gouvernementale de l'éducation 2020-2025. Son successeur, François Blais, a plutôt annoncé des compressions et un projet de loi sur la gouvernance alambiqué qui faisait miroiter plus de pouvoir aux parents et qui courtisait les partisans de la CAQ favorables à l'abolition des élections scolaires. 

M. Proulx promet une politique sur la réussite éducative pour l'automne et tire dans plusieurs directions. Il évoque des «seuils de réussite adaptés» pour les enfants en difficulté d'apprentissage. Il semble vouloir faire un ménage dans les diplômes et les attestations à l'école secondaire. Si Yves Bolduc misait sur les programmes sport-études et les travaux manuels pour améliorer la réussite des garçons, M. Proulx penche vers les technologies numériques. Dans une entrevue à La Presse, le ministre de l'Éducation, qui est aussi ministre de la Famille, dit aussi souhaiter que les centres de la petite enfance et les garderies privées jouent un rôle accru pour donner accès le plus tôt possible à la littératie et à la numératie.

Sur quoi sont basées les orientations de M. Proulx? Existe-t-il un fondement scientifique à son plan d'action ou avance-t-il selon la saveur du jour et le programme de ses adversaires politiques? A-t-il les moyens de ses ambitions? Le ministre veut créer un Institut national d'excellence en éducation pour s'appuyer sur les meilleures pratiques en pédagogie. En quoi son travail sera-t-il différent de celui du Conseil supérieur de l'éducation? Le ministre suivra-t-il les avis de l'Institut si de «bonnes pratiques» sont difficiles à vendre auprès des électeurs? À suivre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer