Le tout-inclus en santé

ÉDITORIAL / Gaétan Barrette décidait l'an dernier de «normaliser» et d'encadrer... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Gaétan Barrette décidait l'an dernier de «normaliser» et d'encadrer les frais accessoires réclamés aux patients dans les cabinets de médecins, estimant que l'État n'avait pas les moyens d'assumer cette facture de 50 millions $. Le ministre de la Santé voudrait maintenant interdire la facturation aux malades et inclure ces frais dans la rémunération des omnipraticiens et des spécialistes. Si ce n'est pas une tactique du ministre pour justifier un autre important rehaussement de la paye des «docteurs», c'est un heureux revirement.

Est-ce le recours juridique intenté mardi par le Réseau de la FADOQ (appuyé par d'autres organisations), le bon sens ou la crainte de payer un prix politique élevé qui motive le gouvernement Couillard et son ministre Barrette à revoir leur position et leur calcul? Toutes ces raisons probablement. Persister dans l'approche retenue jusqu'à maintenant s'annonçait difficile pour les libéraux.

En juin l'an dernier, M. Barrette soutenait que les gens étaient d'accord pour payer des frais supplémentaires pour obtenir des services dans des cliniques (gouttes en ophtalmologie, vasectomie, coloscopie). Peut-être, mais pour certains, dont des médecins, les frais exigés dérogent à la Loi canadienne sur la santé qui prévoit l'universalité et l'accessibilité aux soins, indépendamment de la capacité de payer des malades. Un recours collectif a été déposé. S'ajoute la démarche de la FADOQ (Fédération de l'âge d'or du Québec) pour forcer Ottawa à faire respecter sa loi et à réduire sa contribution au Québec puisque la province pige dans les poches des patients.

On imagine aisément que les libéraux de Justin Trudeau ne raffolent pas de se retrouver mêlés à une telle chicane. Difficile pour Ottawa de fermer les yeux maintenant qu'il est visé par un recours juridique. Le fédéral et les provinces ont déjà beaucoup à faire pour renégocier les transferts en santé et établir les priorités qui rejoindront leurs promesses électorales respectives. Le niveau de difficulté vient d'augmenter.

Autre élément à considérer, le gouvernement Couillard a prévu dans son dernier budget éliminer la taxe santé plus tôt que prévu. Québec donne d'une main et reprend de l'autre. Mais ce sont les plus démunis, ou ceux qui refusent de payer deux fois pour le même service (impôts-carte soleil et frais accessoires), qui en subissent le contrecoup en attendant plus longtemps pour recevoir des services médicalement requis. Ce n'est pas très populaire lorsque vient le temps de courtiser les électeurs.

Le ministre Barrette a une fois de plus forcé la note, et cette fois, il est clair qu'il ne peut prétendre agir dans l'intérêt des malades. Certains dénoncent la surfacturation et réclament l'intervention des gouvernements depuis maintes années.

Lorsqu'il présidait la Fédération des médecins spécialistes du Québec, M. Barrette affirmait que «les frais accessoires ont toujours été et demeurent la résultante de l'indécision gouvernementale quant à la couverture publique adéquate des coûts opérationnels encourus pour la dispensation des services médicaux pour le régime public. C'est parce que l'État refuse de couvrir ces frais que ceux-ci existent. Pas parce que les médecins le désirent.»

La Fédération des médecins spécialistes et la Fédération des omnipraticiens se disent prêtes à discuter avec le ministre. «Nous sommes prêts à faire notre part. Mais on n'assumera pas seuls le coût des équipements», souligne Diane Francoeur. «Il faut que ce soit économiquement acceptable pour les médecins, que ça ne devienne pas une source de pertes», indique Louis Godin. Le ton est donné. Les résultats des tractations et la note devront être suivis de près.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer