Un tweet de trop

Jeff Fillion... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Jeff Fillion

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Jeff Fillion ne travaille plus pour Bell. Congédier quelqu'un pour un tweet, ce n'est pas un peu exagéré? Non. Une entreprise qui mène une campagne de plusieurs millions de dollars pour la santé mentale ne peut laisser passer qu'un de ses animateurs s'attaque bêtement à un père dont le fils de 14 ans s'est suicidé et qui veut sensibiliser le public en témoignant à la télé. Il y a des limites à faire de l'argent avec les controverses et les attaques personnelles. La dernière de Jeff Fillion risquait de ne pas être payante pour Bell.

Ce n'est pas tant du congédiement dont il faut s'étonner, que du fait que Jeff Fillion n'ait pas été sanctionné depuis qu'il profite d'une tribune dans une station du groupe Bell Média.

Le tweet malicieux et disgracieux à propos d'Alexandre Taillefer, le propos dépourvu de la moindre petite marque de compassion humaine n'est pourtant pas le premier commentaire déplacé et de mauvais goût de l'animateur d'Énergie.

Entendons-nous bien. Il ne s'agit pas ici de souhaiter que disparaissent la critique et la diversité d'idées et d'opinions. Mais bien que le débat ne se résume pas à des attaques personnelles, gratuites et à du dénigrement.

Que disait Jeff Fillion en mars 2015 à propos des Gaspésiens? «La Gaspésie, s'ils n'ont pas de jobs, soit qu'ils déménagent ou ben ils crèveront, c'est-tu assez clair.» Même empathie et même finesse d'analyse en juin 2015 à propos du blogueur saoudien Raif Badawi, condamné à 1000 coups de fouet, 10 ans de prison et à une importante amende pour avoir invité ses concitoyens à réfléchir sur la place de la religion dans leur pays. «C't'un cave. Il s'est mis dans'marde, qu'il s'en sorte lui-même.» Édifiant de la part d'un animateur qui défend la liberté d'expression.

Jeff Fillion n'a pas reçu d'avertissement de son employeur ou de sanctions depuis deux ans. Ou du moins, cela n'a pas fait l'objet de reportage dans les médias. Est-ce que Bell Média calculait que ce type de commentaires était bon pour les affaires, que c'était de la bonne radio, que cela gonflait les cotes d'écoute? Ou est-ce que le tweet controversé de dimanche soir est la goutte qui a fait déborder le vase et convaincu Bell que Jeff Fillion n'était plus un atout dans son groupe, que des auditeurs et des ventes publicitaires risquaient de lui échapper?

En droit du travail, il y a une gradation dans les sanctions qu'un employeur peut imposer à un employé. Dans le cas de Jeff Fillion, en l'espace de quelques heures, suspension et fin du contrat. L'affaire est vite entendue, jugée et réglée. La méthode Fillion, quoi. 

Il faudrait toutefois connaître les termes du contrat convenu entre les deux parties pour déterminer avec certitude si l'employeur sanctionne trop sévèrement l'animateur et si celui-ci peut contester son congédiement. Existait-il des conditions particulières étant donné les erreurs passées à CHOI? À suivre. Dans l'immédiat, la coupure du lien d'emploi apparaît la meilleure chose à faire.

Certains diront que Jeff Fillion n'était pas en ondes dimanche soir et qu'il a formulé son commentaire sur Twitter. Donc, aucun lien avec la radio, la télé et Bell. C'était la vie privée de l'animateur. Un argument qui tient difficilement la route lorsqu'on est un animateur connu comme Jeff Fillion. Un écart de conduite de sa part, même hors des ondes, peut être nuisible à la réputation de l'entreprise qui l'emploie. C'est la conclusion tirée par Bell.

Quelle crédibilité aurait eu Bell dans sa campagne Cause pour la cause en laissant un micro à Jeff Fillion qui se moque d'un père endeuillé à la suite du suicide de son jeune fils et qui accepte d'en parler pour sensibiliser le public? Si l'animateur a manqué de jugement dans son tweet de dimanche soir, l'entreprise évite de commettre la même erreur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer