De la pression sur les élus

ÉDITORIAL / C'est à la fois une excellente et une triste nouvelle que la... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / C'est à la fois une excellente et une triste nouvelle que la création d'un comité de suivi, non partisan et indépendant, à la commission Charbonneau. Grâce à ce nouveau chien de garde, les Québécois risquent moins de voir tabletter ou dénaturer un rapport qui leur a coûté 44,5 millions $. Son existence est par ailleurs révélatrice d'un manque flagrant de confiance à l'égard des élus et des institutions pour dépolitiser l'octroi des contrats publics.

Quand des universitaires, d'ex-employés de la commission Charbonneau, des membres du Barreau, un maire et un ex-député libéral se lient à la Ligue d'action civique et jugent nécessaire de surveiller bénévolement la mise en oeuvre de la soixantaine de recommandations de la juge France Charbonneau et du commissaire Renaud Lachance, cela en dit long sur le cynisme ambiant et sur la faible crédibilité de la classe politique.

Un sondage Léger-Le Devoir-Journal de Montréal révélait  récemment que 78 % des répondants s'attendent à ce que d'autres politiciens connaissent le même sort que Nathalie Normandeau. Une personne sur trois estime qu'une majorité de politiciens sont corrompus. La grande majorité des répondants disent aussi que la commission n'a rien réglé, que le problème de corruption est partout et qu'une forte proportion de politiciens est impliquée. Bref, le tableau est sombre et la perception est bien différente de celle de Jean Charest et de son gouvernement intègre et honnête.

Il faut une coupure nette entre les pratiques d'octroi de contrats publics prévalant avant et après la commission d'enquête. Le comité de suivi est déterminé à en avoir une pour que cesse la roue sans fin des retours d'ascenseur du marché des influences, pour reprendre les termes utilisés par la professeure de droit Martine Valois.

Dans le contexte de désabusement qui est nôtre, cette participation citoyenne constructive est bienvenue. Le jour de la divulgation du rapport Charbonneau, en novembre 2015, le premier ministre Couillard avait noté que la société s'était un peu endormie, que son niveau de vigilance avait baissé. Ce temps, espérons-le, est derrière nous. 

Les libéraux ont bien sûr affirmé qu'ils donneraient suite aux recommandations de la commission d'enquête qu'ils avaient tant tardé à mettre en branle. Le leader Jean-Marc Fournier l'a répété hier. C'est pourtant ce gouvernement qui a attendu la frappe de l'UPAC pour dire aux Québécois, de façon bien approximative, où il en était avec le suivi des propositions unanimes des commissaires. C'est lui aussi qui a soumis un projet de loi incomplet sur les lanceurs d'alerte et qui n'a pas saisi rapidement les enjeux éthiques que représentaient les allégations concernant Sam Hamad et ses liens avec Marc-Yvan Côté. Les libéraux ont besoin de sentir la pression pour agir. 

Or voilà, le comité de suivi semble vouloir éviter les réflexions illimitées, les demi-mesures, les semblants d'action. Il n'appartient pas seulement au gouvernement et aux ordres professionnels de faire un suivi, a souligné le professeur de sciences politiques Denis Saint-Martin. En effet, c'est une responsabilité partagée. C'est aussi un travail qui mérite un regard qui n'est pas empreint de considérations purement partisanes. 

Un an après de dépôt du rapport Charbonneau, le comité fera sa propre évaluation du chemin parcouru. Ce sera gênant pour le gouvernement libéral, et pour l'ensemble de la députation qu'importe sa couleur, s'il constate que Québec fait du surplace. «La corruption, la collusion, l'infiltration du crime organisé et les liens entre contrats publics et financement politique sont des problèmes trop graves pour que le rapport Charbonneau reste lettre morte», écrivent les membres du comité sur leur site Web. Bien des Québécois seront d'accord avec eux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer