Le PLQ et les amis toxiques

Philippe Couillard et Sam Hamad lors du dernier... (Photothèque Le Soleil, Érick Labbé)

Agrandir

Philippe Couillard et Sam Hamad lors du dernier remaniement ministériel

Photothèque Le Soleil, Érick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Sam Hamad doit quitter le poste de président du Conseil du trésor tant que la lumière ne sera pas faite sur les allégations qui pèsent contre lui depuis le reportage de Radio-Canada. Sinon, comment le premier ministre Couillard pourra-t-il prétendre que le Parti libéral du Québec (PLQ) qu'il dirige est différent de celui de Jean Charest, et que tout sera mis en oeuvre pour éviter la répétition des stratagèmes dévoilés par la commission Charbonneau? Le silence du chef libéral est inquiétant.

Que M. Hamad se dise prêt à collaborer à l'enquête du Commissaire à l'éthique ne dissipe pas le malaise. M. Hamad n'a pas un rôle secondaire au sein du gouvernement. Il est président du Conseil du trésor, il tient les cordons de la bourse. Il est aussi responsable du suivi des recommandations de la commission d'enquête Charbonneau sur l'octroi des contrats et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction. C'est également à M. Hamad qu'il incombe de mener le projet de loi sur les lanceurs d'alerte.

Qu'un reportage fasse état de ses contacts privilégiés avec Marc-Yvan Côté, comme lui un ancien de la firme Roche, un homme banni du Parti libéral du Canada depuis plus de 10 ans, un homme qui, comme Nathalie Normandeau, a été arrêté le 17 mars par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) pour complot, corruption et fraude envers le gouvernement, ne peut pas être pris à la légère. «Marc-Yvan Côté, ce n'est pas exactement Blanche-Neige», pour reprendre les termes du caquiste Éric Caire.

Que le reportage avance que M. Hamad et son cabinet aient divulgué des informations confidentielles, brisé le secret ministériel et manoeuvré pour bonifier le soutien financier accordé à Premier Tech, une entreprise de Rivière-du-Loup où M. Côté était administrateur est grave. D'autant plus qu'Enquête expose que le soutien obtenu avait en contrepartie une contribution au financement du PLQ.

M. Couillard n'a rien à dire sur le sujet? Il n'a rien à affirmer pour dissiper les doutes soulevés sur le sens éthique et l'intégrité de son ministre? Il a toujours pleine confiance en M. Hamad et en son jugement? Bien sûr, ce dernier a droit à la présomption d'innocence. Mais que M. Hamad qualifie le reportage de «pétard mouillé», «d'insinuations» et qu'il brandisse la menace d'une mise en demeure contre Radio-Canada ne ferme par le dossier et ne dispense pas le premier ministre de rassurer les Québécois.

Le Commissaire à l'éthique et le Commissaire au lobbyisme doivent vérifier si les règles ont été suivies par tous les autres. En attendant leur conclusion, les responsabilités de M. Hamad doivent être confiées à quelqu'un d'autre. Même à l'époque de Jean Charest, en 2003, la ministre Julie Boulet, déléguée à la Santé et à la Condition des aînés, avait jugé bon démissionner du cabinet parce que la pharmacie qu'elle possédait avait reçu pour 1500 $ de piluliers d'une compagnie pharmaceutique.

Si des «dosettes» justifiaient le retrait d'une ministre déléguée du Conseil des ministres en 2003, après les révélations à la commission Charbonneau, après les récentes arrestations de l'UPAC, après les informations révélées par Enquête, un retrait s'impose quand le titulaire du Conseil du trésor est visé par des allégations. Le député de Louis-Hébert pourra réintégrer le Conseil des ministres si les faits reprochés se révèlent erronés.

M. Hamad a certes aidé M. Couillard par le passé en coprésident sa campagne à la direction du parti. Il est depuis jeudi plus un boulet qu'un atout pour le premier ministre et le gouvernement libéral. Bien des Québécois en ont marre des retours d'ascenseur. Philippe Couillard avait promis un gouvernement éthiquement et moralement irréprochable. Son silence depuis jeudi laisse craindre que ce n'était qu'une formule creuse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer