M. Couillard a confiance, et vous?

Le jour même où l'UPAC réussissait son coup... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le jour même où l'UPAC réussissait son coup de maître, on découvrait dans le budget de Carlos Leitão que l'enveloppe du DPCP, qui emploie les procureurs de la Couronne, était amputée de 5 millions $.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / «J'ai confiance en la justice et en nos institutions. J'ai confiance en nos élues et élus», a écrit mardi Philippe Couillard dans une lettre adressée aux membres et aux amis du Parti libéral. Pour que les Québécois, qu'importe leur allégeance politique, puissent afficher la même confiance, il faut garantir les ressources nécessaires et l'indépendance à ceux chargés de faire respecter les lois.

L'arrestation il y a une semaine de l'ancienne vice-première ministre Nathalie Normandeau et de six autres personnes pourrait laisser croire que tout fonctionne rondement et que le public n'a pas à craindre que certains individus passent à travers les mailles du filet ou profitent de l'indulgence ou du laxisme du système de justice. Ce qui doit être fait le sera, même lorsqu'il s'agit de financement politique. Il faut cependant que des conditions soient réunies pour qu'il en soit ainsi.

Or, le jour même où l'Unité permanente anticorruption (UPAC) réussissait son coup de maître, on découvrait dans le budget Leitão que l'enveloppe du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), qui emploie les procureurs de la Couronne qui peuvent notamment traduire en accusation les enquêtes de l'UPAC, était amputée de 5 millions $. Son budget passera de 127 à 122 millions $, et ce, même s'il aura à composer avec une hausse (10 % sur quatre ans) de la rémunération des procureurs.

Questionnée par l'opposition, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, répète que le DPCP a été réorganisé pour plus d'efficacité et pour mieux répondre aux besoins des unités policières et aux escouades spécialisées. Ses propos ressemblent à ceux de ses collègues de l'Éducation et de la Santé qui ont soutenu pendant des mois que les services n'étaient pas affectés par les compressions alors que des effets négatifs étaient ressentis sur le terrain. Espérons que la situation sera différente dans le domaine de la justice. Si comme cet automne des gens à l'UPAC se plaignent que des dossiers traînent au DPCP, on aura cependant un début d'explication.

Cette semaine, les libéraux sèment aussi le doute sur leur volonté d'agir en toute transparence en refusant que le commissaire de l'UPAC soit nommé par les deux tiers des membres de l'Assemblée nationale et non par le gouvernement.

Mercredi, le Parti québécois, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire auraient souhaité discuter d'une motion pour modifier le mode de nomination. Sans succès. Martin Coiteux, le ministre de la Sécurité publique, a rappelé qu'en 2011, les formations politiques ont voté pour la loi qui prévoit à son article 5 le mécanisme de nomination du commissaire à la lutte contre la corruption. M. Coiteux souligne aussi que le commissaire Robert Lafrenière juge lui-même que ce serait une mauvaise idée de mêler le judiciaire et le législatif. Notons que M. Lafrenière souhaite voir renouveler son mandat qui prend fin sous peu, mais que d'autres personnes ont manifesté un intérêt pour le poste.

Si le Protecteur du citoyen, le Vérificateur général, le Directeur général des élections, le président de la Commission des droits de la personne, le Commissaire au lobbyisme, le Commissaire à l'éthique, le président de la Commission d'accès à l'information sont nommés par les deux tiers des membres de l'Assemblée nationale, pourquoi serait-ce inapproprié pour le commissaire à l'UPAC?

La population doit avoir l'assurance que celui-ci a toute l'indépendance requise pour faire son travail. Sinon, certains tireront la même conclusion que le député péquiste Pascal Bérubé. «Le Parti libéral veut être le seul à choisir le commissaire à la corruption qui peut enquêter sur le Parti libéral.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer