Réparer les pots cassés

ÉDITORIAL / Le gouvernement Couillard aime dire qu'il a remis la maison en... (123RF/michaeljayfoto)

Agrandir

123RF/michaeljayfoto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Le gouvernement Couillard aime dire qu'il a remis la maison en ordre, que sa bonne gestion des finances publiques lui fournit aujourd'hui une marge de manoeuvre. Force est cependant de constater que le budget présenté jeudi sert en partie à corriger un désordre qu'il a lui-même créé, que les modestes réinvestissements consentis, notamment en éducation, ne réussiront pas à apaiser totalement la grogne et que l'État doit donner un coup de pouce supplémentaire aux entreprises pour stimuler la création d'emplois qui se fait attendre.

Après deux années de rigueur budgétaire, le budget de Carlos Leitão vise à positionner les libéraux sur une voie plus positive où le terme investissement prendra le dessus sur le mot coupe. Des économistes ont reproché au gouvernement Couillard d'avoir plombé l'économie québécoise avec son «austérité» budgétaire visant à rééquilibrer les finances dans un court délai. Un budget équilibré, assorti d'une hausse de la croissance des dépenses, de l'abolition plus rapide de la taxe santé, de la diminution des frais de garde pour 30000 familles et une série de mesures destinées au développement économique va-t-il maintenant accroître la confiance des particuliers et des contribuables et se traduire par une croissance de l'économie? Cela reste à voir. Le succès n'est pas assuré.

Dans son discours, le ministre des Finances affirme envoyer des signaux forts et clairs. Philippe Couillard avait commencé vendredi à faire miroiter des jours meilleurs au secteur de l'éducation, qui subit des compressions depuis plusieurs années. Jeudi, ces signaux se révélaient peu audibles à certains, et ce n'est pas à cause de tout le bruit provoqué par la frappe de l'Unité permanente anticorruption.

On comprend qu'un gouvernement qui prévoit des budgets équilibrés jusqu'en 2020-2021 ne peut se lancer dans des dépenses exorbitantes lorsque la croissance est anémique. Il y a cependant des limites à laisser croire que tout ira mieux dorénavant dans les écoles, les collèges, les universités ou les établissements de santé.

Une croissance de dépenses de 3 % en éducation et de 2,4 % en santé sert en grande partie à couvrir les coûts de système (dont la rémunération des employés) et laisse peu de marge de manoeuvre pour autre chose. Un investissement de 50 cents par jour par élève des écoles primaires et secondaires, a calculé Amir Khadir. Les chaînes humaines autour des écoles, les malades qui dénoncent le manque de soins risquent de ne pas disparaître avec le nouveau plan budgétaire.

On sent pourtant dans ce budget une volonté de mettre derrière soi les controverses soulevées par des dispositions des budgets précédents. C'est vrai en éducation, mais aussi dans le secteur des services de garde subventionnés. Dans ce cas, c'est un véritable cafouillage libéral. Après avoir haussé la facture de nombreux parents, Québec réduit de 50 % la contribution additionnelle pour le deuxième enfant en service de garde subventionné. La réduction est rétroactive à l'année 2015. Avis à ceux qui ont déjà rempli leur déclaration d'impôt.

Une bonne nouvelle, l'élimination de la taxe santé. Le petit répit qu'auront les contribuables viendra de là. Il ne doit toutefois pas faire oublier que le gouvernement a légitimé les frais accessoires que les cabinets de médecins peuvent réclamer pour certains soins.

Québec multiplie par ailleurs les mesures pour soutenir les entreprises, pour les rendre plus innovantes et plus vertes notamment. Ce soutien peut se justifier pour donner du souffle à l'économie. Le gouvernement ne doit toutefois pas oublier de faire un grand ménage dans tous les crédits d'impôt et le soutien qu'il accorde aux entreprises sans que les résultats soient au rendez-vous. Il faudrait retrouver l'usage du terme cran d'arrêt.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer