Qui a peur des féministes?

La ministre à la Condition féminine, Lise Thériault... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La ministre à la Condition féminine, Lise Thériault

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Avec des ministres comme Lise Thériault et Stéphanie Vallée, pourquoi maintenir la responsabilité de la Condition féminine au Conseil des ministres? On sauve simplement les apparences, on ménage les susceptibilités alors qu'il suffit de dire «let's go les filles» pour qu'égalité juridique devienne égalité de fait. Dans la vraie vie, les choses ne sont pas aussi simples.

Comment la moitié de la population peut-elle avoir le sentiment d'être bien représentée, être assurée que les intérêts, les droits et les préoccupations des femmes sont défendus à la table du Conseil des ministres et transposés dans des lois et des politiques, si des femmes ministres se défendent d'être féministes (manifestement parce qu'elles en ignorent la signification juste) et ne semblent pas saisir que du chemin reste à faire malgré les énormes progrès réalisés par d'autres pour atteindre l'égalité entre les sexes?

Quand l'actuelle et l'ancienne ministre à la Condition féminine refusent l'étiquette féministe comme si on leur demandait de s'associer aux Femen, lorsqu'elles semblent considérer les revendications des groupes de femmes comme des relents des années 70, lorsque Mme Thériault, qui est aussi vice-première ministre, est incapable de préciser ce qui ferait avancer aujourd'hui la cause des femmes, tout ça provoque un malaise et suscite la méfiance. Ces deux femmes aident certes le premier ministre Philippe Couillard à donner un visage féminin à son Conseil des ministres, à se rapprocher de la parité hommes-femmes, mais la démonstration reste à faire qu'elles sont des alliées des filles et des femmes et qu'elles agiront pour rendre le Québec encore plus égalitaire. Un objectif souhaité par bon nombre de Québécoises et de Québécois.

«Tu veux prendre ta place? Faire ton chemin? Let's go,vas-y!» lance la ministre Thériault. Comme si tout pouvait être si simple pour toutes. Comme s'il suffisait de vouloir, comme si les actions collectives n'étaient d'aucune utilité pour aider chaque personne à occuper la place qu'elle désire. Loin de nous l'idée de considérer les femmes comme d'éternelles victimes d'un système, mais le positivisme et le simplisme de la ministre qui semble croire que toute forme de discrimination est disparue sont pour le moins déconcertants. 

Mme Thériault a 50 ans. Elle ne peut ignorer les batailles menées avant elle pour que les femmes obtiennent notamment le droit de vote, aient un compte en banque, puissent étudier dans des domaines auparavant réservés aux hommes, décident d'avoir ou non des enfants, aient accès à des services de garde subventionnés, touchent un salaire égal à celui des hommes, occupent des postes de direction. Un «vas-y fille» aurait suffi? Manifestement non. La ministre doit bien voir de temps en temps le Monument en hommage aux femmes en politique (Marie Lacoste Gérin-Lajoie, Idola Saint-Jean, Thérèse Casgrain et Marie-Claire Kirkland) lorsqu'elle passe sur la Grande Allée. Personne ne peut se comporter comme si aucune avancée obtenue par ces femmes et les autres qui ont pris le relais - y compris des hommes - ne pouvait être menacée.

Craintes injustifiées? Pas besoin de chercher bien loin pour comprendre que les femmes doivent demeurer aux aguets. Le flou entourant le mariage religieux et les obligations qui en découlent (notamment le partage du patrimoine familial) en est un bon exemple. Il y a aussi les mesures d'austérité (ou de rigueur budgétaire) qui nuisent davantage aux femmes et le désengagement de l'État qui risque de les fragiliser. Le droit à l'avortement que des députés à Ottawa tentent périodiquement d'attaquer. Il y a la culture du viol dénoncée sur les campus. L'équité salariale qu'il faut constamment défendre. Bref, bien des dossiers pour occuper une ministre à la Condition féminine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer