Un architecte à l'éducation

Pierre Moreau est souvent qualifié de pompier en chef.... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Pierre Moreau est souvent qualifié de pompier en chef. Souhaitons qu'il possède aussi de grandes qualités d'architecte.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Le nouveau ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Pierre Moreau, est souvent qualifié de pompier en chef. Souhaitons qu'il possède aussi de grandes qualités d'architecte. Sans plan et sans base solide de sa part, sans une vision claire qu'il saura faire partager par les artisans de ce vaste réseau et par la population, il faudra conclure que l'engagement du premier ministre Couillard de faire de l'éducation une priorité au Québec se résume finalement à de petits travaux cosmétiques, à du rafistolage.

Heureusement, M. Moreau a mis au panier l'idée d'abolir les cégeps comme il l'avait proposé en 2013 lors de la course à la direction du Parti libéral. Un changement de structures ne provoque pas par magie une hausse de diplomation à l'université ni dans les écoles secondaires du Québec. Copier le modèle du reste du Canada ne garantirait en rien la réussite des jeunes Québécois.

Si les cégeps sont épargnés, M. Moreau plonge néanmoins dans une contestée réforme de structure dès son arrivée. Philippe Couillard a précisé jeudi que les orientations du projet de loi 86 sur la gouvernance scolaire, déposé en décembre par François Blais et dont l'examen devait débuter cette semaine en commission parlementaire, seraient maintenues. Une réforme dont plusieurs estiment qu'elle n'améliorera en rien la réussite des élèves.

Il est illusoire d'espérer que le gouvernement renoncera à un brassage dans les commissions scolaires, un thème cher et populaire à leurs adversaires de la Coalition avenir Québec. S'entêter à faire adopter sans modifications majeures ce projet de loi enverrait cependant un bien mauvais message.

Le règne du gouvernement Couillard risquerait de se résumer à un roulement de trois ministres au deuxième poste budgétaire de la province, à des compressions qui ont affecté particulièrement les élèves en difficulté, à des chaînes de parents autour des écoles publiques, à une contestation juridique possible de la communauté anglophone qui tient aux élections et aux commissions scolaires et à un désintérêt pour l'Enseignement supérieur. Un bilan qui ne serait pas très positif pour M. Moreau s'il aspire toujours à diriger un jour le Parti libéral du Québec.

Si les libéraux veulent faire de l'éducation une véritable priorité, s'ils veulent réellement assurer la présence des parents au sein de l'instance décisionnelle de la commission scolaire (et non seulement accroître les pouvoirs du ministre), s'ils veulent éviter l'aberration des élections scolaires sur demande et celle d'un conseil d'administration non élu avec un pouvoir de taxation, en plus de faire l'économie d'un affrontement avec la communauté anglophone, le ministre Moreau doit faire preuve d'ouverture.

La Fédération des commissions scolaires a proposé un compromis à l'ex-ministre Blais. Les commissaires sont prêts à partager la gestion du réseau avec des parents élus par le comité de parents et des représentants de la communauté choisis selon le profil de compétences proposé par Québec. C'est une bonne base de discussion pour parvenir à un modèle qui conviendra à tous et qui permettra aux parents, aux enseignants, aux directions et au personnel des écoles ainsi qu'au conseil scolaire de prioriser les élèves et leur réussite, et de passer enfin aux «vraies affaires».

Pour cela, il ne suffit pas de mettre plus d'argent en éducation. François Blais a suscité bien des critiques, mais il avait formulé un souhait que son successeur devrait faire sien : que les orientations en éducation soient basées davantage sur des recherches et des analyses solides et rigoureuses. Si Pierre Moreau suit cette voie plutôt que d'imposer des approches à la mode et des mesures populistes, on pourra dire qu'avec ce ministre à l'Éducation et à l'Enseignement supérieur, cette fois est la bonne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer