Une tuque, des mitaines et un job?

Des familles de réfugiés syriens ont reçu des... (La Presse Canadienne, Nathan Denette)

Agrandir

Des familles de réfugiés syriens ont reçu des vêtements d'hiver et différents items à leur arrivée à Tornto jeudi soir.

La Presse Canadienne, Nathan Denette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Le Québec se veut bien accueillant. Les réfugiés syriens ne manqueront pas de tuques ni de mitaines. Les services de santé et les écoles sont aussi prêts à répondre à leurs besoins. Preuve que rien n'est laissé au hasard, les services de sport, de loisir et de culture de la Ville de Québec pourront être sollicités pour animer les arrivants. Mais le jour où tout le monde sera installé, y aura-t-il des emplois pour ces réfugiés ou devront-ils se rabattre sur un chèque d'aide sociale ou déménager de nouveau pour gagner leur vie?

C'est facile de faire un don, de fournir des bottes d'hiver et des manteaux chauds aux gens qui ont fui leur pays. Il s'avère plus ardu de leur faire une place dans nos entreprises, dans nos milieux de travail, de mettre nos craintes et nos préjugés de côté. Pourtant, comme le disait cette semaine le ministre Sam Hamad, lui-même d'origine syrienne, «l'emploi, c'est le meilleur endroit pour s'intégrer». Cela vaut pour les réfugiés et pour tous les immigrants.

C'est révélateur d'un problème si le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et sa consoeur Kathleen Weil, de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, ont jugé nécessaire de lancer un appel à la mobilisation des entreprises en compagnie de quatre associations patronales. Dans toute cette grande opération d'accueil et d'intégration des réfugiés, les entreprises ont en effet un rôle important à jouer.

Un rôle qu'elles ne jouent pas parfaitement lorsqu'on compare le taux de chômage des réfugiés et des immigrants à celui des non-immigrants. Selon Statistique Canada, en 2011, le taux de chômage des minorités visibles de la population immigrante était de 13,2 % comparativement à 6,4 % dans la population native n'étant pas de minorités visibles.

Des entreprises se plaignent pourtant d'un manque de main-d'oeuvre. Un programme comme PRIIME, qui vise à soutenir financièrement (15 000 $ par an) les entreprises qui offrent un premier emploi aux nouveaux immigrants et aux minorités visibles est peu utilisé. Cherchez l'erreur. Les compétences des immigrants, leur connaissance du français et l'équivalence de leurs diplômes n'expliquent pas tout. Il faut aussi chercher des explications du côté de la peur de l'inconnu (accommodements réclamés, productivité moindre) et la crainte de susciter tensions et frictions entre employés.

Récemment, Benoît Songa, directeur général du Centre R.I.R.E 2000, chargé d'accompagner les personnes immigrantes dans leur intégration socioprofessionnelle, déclarait au Soleil que son organisme éprouvait toujours des difficultés à trouver des emplois aux personnes appartenant aux minorités visibles, notamment dans le secteur des services. Mieux vaut encore être blanc, avoir Tremblay ou Dutil comme nom de famille, et ne pas porter de signes religieux pour être convoqué en entrevue et décrocher un boulot. Est-ce que les pénuries de main-d'oeuvre qui affectent certains secteurs vont avoir raison de cette résistance?

Comme ses prédécesseurs, Sam Hamad soutient que l'immigration constitue «une partie» de la solution au déclin démographique du Québec et aux difficultés d'arrimer besoins des entreprises et compétences de la main-d'oeuvre disponible.

Certains, comme le Conseil du patronat du Québec, n'hésitent pas à lier la prospérité du Québec à sa capacité d'attirer et de retenir ici les travailleurs venus d'ailleurs. Les cyniques diront que des patrons recherchent du cheap labor. C'est un peu court. Des études montrent un lien entre immigration, innovation, entrepreneuriat et exportations. La diversité culturelle se traduirait en richesse économique. Pourvu, bien sûr, qu'on lui fasse une véritable place.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer