Gouvernance scolaire: tout ça pour quoi?

Oubliez l'objectif de la réussite scolaire. Si le... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Oubliez l'objectif de la réussite scolaire. Si le gouvernement se lance dans cette réforme, c'est bien pour répondre à ceux qui réclament depuis des années l'abolition des commissions scolaires et des élections scolaires, et qui laissent croire que tout ira mieux par la suite.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / «Plus de pouvoirs aux personnes les plus près des élèves pour favoriser la réussite scolaire.» C'est le message que le ministre de l'Éducation, François Blais, souhaiterait que la population retienne du projet de loi qu'il a déposé vendredi. Il faut cependant plus qu'une belle formule et qu'un volumineux et alambiqué projet de loi sur la gouvernance scolaire pour mener vers la réussite les jeunes Québécois et rassurer leurs parents.

«Tout ça pour ça», a lancé le critique caquiste Jean-François Roberge, qui réagissait au projet de loi 86 «modifiant l'organisation et la gouvernance des commissions scolaires en vue de rapprocher l'école des lieux de décision et d'assurer la présence des parents au sein de l'instance décisionnelle de la commission scolaire». On pourrait dire aussi «tout ça pour quoi?»

Oubliez l'objectif de la réussite scolaire. Si le gouvernement se lance dans cette réforme de la gouvernance, ce n'est pas à cette fin, mais bien pour répondre à ceux qui réclament depuis des années l'abolition des commissions scolaires et des élections scolaires, et qui laissent croire que tout ira mieux par la suite dans les écoles, que les enfants vont réussir davantage et que les fonds publics seront mieux utilisés. 

Afin de gagner sur tous les tableaux, le ministre Blais arrive donc avec un projet de loi qui tente de plaire à tout le monde. Il abolit les élections scolaires, une forme de démocratie centenaire, mais il prévoit une procédure pour en tenir si 15 % des parents de la commission scolaire le souhaitent. Ce qui pourrait se produire dans les communautés anglophones ou dans les milieux ruraux où le taux de participation aux dernières élections était plus élevé. La commission scolaire devra cependant assumer les frais du scrutin et le Directeur général des élections n'en aura plus la responsabilité. 

La taxe scolaire, qui fournit plus de 20 % du budget des commissions scolaires, demeure aussi même si une représentation découlant d'un suffrage universel n'y sera plus nécessairement attachée. Élections sur demande, démocratie scolaire à deux vitesses, système hybride. Québec innove, mais la démonstration reste à faire que ce sera pour le mieux. 

Le ministre de l'Éducation revoit aussi les pouvoirs et les responsabilités des acteurs du réseau. Les parents réalisent des gains, leur rôle sera plus décisionnel. Le ministre s'accorde aussi plus de pouvoir discrétionnaire, mais M. Blais désigne cependant les directeurs d'école les grands gagnants de sa réforme.

Il est intéressant de noter que malgré cela, une des organisations qui représente les directeurs, l'Association québécoise du personnel de direction des écoles, donne de bons points au projet Blais (notamment il allège la reddition de comptes), mais montre ses limites. 

Elle rappelle que plusieurs actions ne peuvent se réaliser sans un apport de ressources humaines et financières. «Il faut que le gouvernement décide d'investir dans sa jeunesse, dans la réussite, qu'ils s'éloignent de l'atteinte du déficit zéro pour atteindre le décrochage zéro», soutient la présidente Danielle Boucher. Plusieurs partageront son point de vue. Ce ne sont pas les 80 millions $ de réinvestissement annoncés la semaine dernière qui changent la donne.

Si le dépôt du projet de loi met fin à l'incertitude, la mobilisation des acteurs ne se fera pas autour de la réussite scolaire et de la bonification des projets éducatifs au retour du congé des Fêtes, mais bien à préparer les répliques et à suggérer des amendements au ministre Blais. Ce n'était pas le souhait le plus cher qu'expriment les parents, les élèves, les directions d'école, les enseignants et le personnel depuis des mois.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer