Du déficit zéro à la faim zéro

Le Bilan-Faim des banques alimentaires décrit une réalité... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le Bilan-Faim des banques alimentaires décrit une réalité inquiétante qu'il faut corriger.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / On aime bien considérer le Québec comme la société la plus égalitaire en Amérique du Nord. Lorsque les banques alimentaires du Québec et du Canada sortent leur Bilan-Faim, on constate toutefois des trous gênants dans notre filet social et nos politiques.

Lorsque la demande d'aide alimentaire croît de 4 % en une année, que la clientèle des banques se compose au Québec de 36 % d'enfants et de 10,5 % de salariés qui s'ajoutent aux prestataires de l'aide sociale et à ceux de la pension de vieillesse, il y a manifestement des lacunes à combler.

Comme si le tableau n'était pas déjà assez navrant, les banques alimentaires indiquent dans leur enquête divulguée mardi qu'elles peinent à répondre à la demande. Plus de gens frappent à leur porte pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Au Canada, le recours aux banques a fait un bond de 26% - de 27,9% au Québec - depuis la crise financière et économique de 2008. Au même moment, les banques éprouvent plus de difficultés à s'approvisionner en nourriture et à recruter des bénévoles.

Si on ne prend pas garde, si on laisse s'étioler nos programmes sociaux, s'appauvrir les travailleurs, si on donne le strict minimum aux assistés sociaux et aux retraités, on risque de se retrouver avec plus de pauvreté et des banques alimentaires de plus en plus sollicitées, mais incapables de répondre à la faim de milliers d'enfants et d'adultes. Triste et inacceptable perspective.

«En l'absence d'une action substantielle et systématique pour s'attaquer à la faim, les banques alimentaires semblent être devenues une réponse institutionnelle prédominante au problème de la faim au Québec. Ce sont les employés et bénévoles des banques alimentaires qui réagissent de plus en plus aux impacts de la pauvreté», notent les banques alimentaires du Québec.

Il y a quelque chose qui cloche. Le Québec a pourtant adopté unanimement en 2002 une loi sur l'élimination de la pauvreté et de l'exclusion.

Les personnes en emploi devraient pouvoir garnir leur frigo sans devoir se tourner vers les banques alimentaires. Or, faute d'un salaire ou d'un nombre d'heures de travail suffisants, certaines doivent le faire. Chez Moisson Beauce, les travailleurs composent 15,3 % des bénéficiaires, le pourcentage le plus élevé de la province.

Être bénéficiaire de l'aide sociale ne devrait pas signifier que l'individu devient un abonné des soupes populaires. Les assistés sociaux, les personnes âgées, les bas salariés, les jeunes enfants devraient pouvoir se retrouver autour d'une table familiale à l'heure des repas sans devoir réclamer un panier de provisions et sans devoir se rendre dans une salle bondée pour assouvir leur faim et joindre les deux bouts grâce à des dons.

Les banques rappellent que l'aide alimentaire d'urgence doit être considérée comme la porte d'entrée pour des interventions en sécurité alimentaire auprès des personnes les plus vulnérables, mais non être «LA solution singulière et à long terme à une réalité bien plus complexe, qu'est la FAIM dans une société d'abondance».

Le taux du salaire minimum, le montant de la prestation d'aide sociale, le nombre de logements à prix abordables, le montant de la pension de vieillesse, le soutien accordé aux jeunes familles, la tarification des services publics, comme le tarif de l'électricité, et le taux de taxation sont tous des éléments qui ont des conséquences sur le budget et le contenu de l'assiette de milliers de personnes.

En mars, huit fondations privées ont invité le gouvernement Couillard à être vigilant dans sa révision de la fiscalité et des programmes gouvernementaux afin de ne pas aggraver les inégalités sociales. Le Bilan-Faim 2015 et la réalité qu'il décrit servent de rappel aux élus et à l'ensemble des citoyens.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer