Abus sexuels: entre le silence et la cour

La députée libérale Caroline Simard... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La députée libérale Caroline Simard

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En dévoilant sur sa page Facebook l'attouchement sexuel dont elle a été victime lors d'un évènement public, la députée libérale Caroline Simard a illustré une fois de plus les écueils que rencontrent les femmes qui osent dénoncer un abus sexuel. Quoi qu'elles fassent, elles semblent condamnées à la critique. Entre le silence et le processus de judiciarisation, point de salut? Peut-être pas.

Qu'aurait dû faire la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, qui est aussi adjointe parlementaire du premier ministre pour les volets jeunesse, petite enfance et lutte contre l'intimidation, lorsqu'un homme d'affaires lui a pris un sein lors d'un évènement public, vendredi soir? A) Réagir vivement sur-le-champ au risque de créer un esclandre et d'indisposer les autres invités. B) Faire comme si rien ne s'était passé, culpabiliser et rager dans son coin. C) Tenter d'expliquer à l'homme que son comportement est inacceptable. D) Porter plainte en sachant que cela exigera beaucoup de sa part et que le présumé agresseur s'en tirera bien compte tenu de l'acte reproché. E) Réclamer des excuses publiques pour clore rapidement le dossier.

Caroline Simard a opté pour une autre réponse. F), comme dans Facebook. Samedi matin, elle a dénoncé le geste commis sur sa page Facebook sans nommer le présumé agresseur mais en précisant qu'il s'agit d'un homme d'affaires connu de Charlevoix. Lundi, dans un communiqué, elle a réclamé que l'individu reconnaisse sa responsabilité et s'excuse publiquement.

Tout en jugeant inacceptable le comportement de l'homme d'affaires, certains ont reproché à Mme Simard d'avoir utilisé Facebook. La méthode utilisée suscite en effet un malaise. Certes, on répète depuis des décennies aux femmes, de même qu'aux hommes victimes d'agressions ou d'attouchements sexuels non désirés, de dénoncer, de briser la loi du silence. Mais pas n'importe comment, pas en mettant tout le monde dans le même sac et en faisant de tous les hommes d'affaires présents à l'évènement de Baie-Saint-Paul des «mononcles tripoteurs», des Marcel Aubut en puissance, irrespectueux des femmes. On ne se fait pas justice sur Facebook, en prenant soin d'éviter d'être accusé de diffamation en ne nommant pas une personne en particulier, et en soulevant des doutes sur toute une communauté.

Manifestement, la députée Simard ne voulait pas porter plainte et s'embarquer dans un processus judiciaire. Elle voulait cependant que ce genre de comportement cesse. Dans son communiqué, elle explique que sa démarche s'inscrit dans une «optique de justice réparatrice». Peut-on la blâmer d'explorer une autre voie?  

Son cas est loin d'être unique. Tous types d'agressions sexuelles confondues, seulement une femme sur 10 recourt aux tribunaux à la suite d'une agression. Il reste quoi pour les autres? Elles gardent le silence et des hommes continuent de mettre impunément une main sur les seins ou sur les fesses des collègues, des voisines ou des députées parce que ce n'est pas si grave que ça? Les personnes témoins d'actes répréhensibles se croient autorisées à se fermer les yeux et à ne pas intervenir parce que la femme ne porte pas plainte? On n'éliminera pas vite les comportements abusifs et machistes en agissant de la sorte.

Au printemps, le Regroupement québécois des Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) réclamait de meilleurs outils pour aider les victimes d'agression sexuelle. Même si le cas de la députée Simard se termine vite et bien - l'homme d'affaires Daniel Guay s'est excusé en fin de journée lundi et dit avoir sollicité de l'aide professionnelle -, un tel dénouement n'est pas assuré à toutes les victimes. Il faut trouver des moyens d'intervention efficaces qui protégeront les droits des uns et des autres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer