Plus jamais l'indifférence

Lise Thériault... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Lise Thériault

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ébranlée, la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a pleuré vendredi en réagissant aux abus envers les femmes autochtones qu'auraient commis des policiers de la Sûreté du Québec (SQ), à Val-d'Or. Si la ministre a pu retrouver son aplomb et expliquer les actions entreprises par le gouvernement et la SQ, les femmes et les communautés autochtones ne sécheront leurs larmes et ne reprendront confiance que le jour où il ne faudra plus de reportage à la télé ni cinq mois d'attente avant que les autorités ne viennent à leur secours. Pour qu'il en soit ainsi, il faut éviter collectivement de sombrer de nouveau dans l'indifférence et ne pas se donner bonne conscience en ajoutant un autre rapport sur les tablettes.

Troublant, choquant, révoltant, dégoûtant, inquiétant, bouleversant, inacceptable. Les qualificatifs abondent pour décrire les allégations de sévices contre des femmes autochtones par huit policiers de la SQ. Ce sont les mêmes qui reviennent chaque fois que le triste sort des autochtones (disparitions inexpliquées, pauvreté, conditions de vie misérables, sous-scolarisation, violence conjugale, toxicomanie, prostitution, alcoolisme, taux élevé de mortalité, racisme) est décrit dans les médias ou des rapports.

Cette fois, ça se passe au Québec et non pas en Colombie-Britannique ou au Manitoba. Le Québec n'est pas distinct d'Ottawa et «sa police» ne semble pas traiter mieux que la Gendarmerie royale du Canada les femmes autochtones. Oui, il y a raison de pleurer. C'est d'une tristesse inouïe, car où que l'on soit au Canada, on semble incapable de tirer des leçons des erreurs commises ailleurs.

Certes, cela peut s'expliquer par la complexité de la tâche à accomplir. Mais, il se peut aussi que les autorités se fient à l'indignation momentanée des citoyens et à leur indifférence pour continuer de traiter les autochtones, les femmes en particulier, comme des citoyens de seconde catégorie, des «effaces», pour emprunter l'expression des femmes autochtones de Val-d'Or.

En regardant le reportage de Radio-Canada, une question vient forcément en tête. Est-ce que les policiers et les autorités gouvernementales auraient agi de la même manière avec des femmes «blanches», même droguées, alcooliques ou prostituées? On ne peut malheureusement que répondre oui.

Ce n'est pourtant pas banal, ce qui s'est passé à Val-d'Or. Huit des cinquante policiers de la SQ sont montrés du doigt pour abus sexuels et voies de fait envers des autochtones, des personnes fort vulnérables que les policiers ont le devoir de protéger et non d'agresser. La ministre Thériault et la SQ ont présenté vendredi leur plan de match pour faire face à la situation, pour rassurer les femmes autochtones, pour leur redonner confiance dans les forces policières. Plusieurs points sont positifs, mais ces actions arrivent bien tardivement, et elles n'auraient peut-être pas été mises en branle si la journaliste Josée Dupuis ne s'était pas intéressée à la disparition de Sindy Ruperthouse (une disparition parmi 1200 au Canada depuis 30 ans) et n'avait rompu le silence de ses «soeurs» qui se disent méprisées, maltraitées et qui ont peur de ceux qui sont pourtant payés pour assurer leur sécurité.

Québec et Ottawa doivent s'allier pour la suite des choses. Lorsque l'animatrice Anne-Marie Dussault a demandé jeudi à Michèle Audet, ex-présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada et Stanley Vollant, chirurgien innu, s'ils avaient peur de l'indifférence, ceux-ci ont répondu «non, plus maintenant». Que l'avenir leur donne raison afin que les autochtones soient bel et bien des citoyens à part entière et que le traitement que le Québec et le Canada leur réservent ne soit plus une honte.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer