Blais, le ministre-roi

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après l'enfant-roi, après le parent-roi, faut-il parler aussi du ministre de l'Éducation roi? Celui qui sait tout ce qui est bon pour les jeunes Québécois, celui qui a toujours raison, qu'importe que des milliers de parents, de directeurs d'école, d'enseignants et de commissaires scolaires expriment des craintes sur les effets des compressions et s'inquiètent de l'avenir de l'école publique?

«Il sait tout et il ne doute pas. Il ne montre ni confiance ni ouverture. Il exige, impose, accuse.» Le Journal de Montréal brossait récemment ces quelques caractéristiques du parent-roi. Elles décrivent malheureusement aussi l'attitude de François Blais, ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.

Il est déjà très décevant d'entendre le ministre répéter inlassablement que les restrictions budgétaires n'ont aucun effet sur les services aux élèves, alors que des voix - autres que celles des syndicats d'enseignants ou des commissions scolaires - s'élèvent pour dénoncer la perte d'un service important pour le cheminement scolaire de leur enfant. M. Blais est solidaire des actions gouvernementales. Son chef et le président du Conseil du trésor sont sans doute ravis qu'il livre si docilement son message. Mais le déni du ministre de l'Éducation et sa façon de tout expliquer par les mauvais choix et la gestion déficiente des autres sont difficilement acceptables pour les parents dont les enfants éprouvent des difficultés et qui risquent de patienter davantage pour obtenir de l'aide.

Le ministre devrait tenter de se mettre dans leur peau au lieu de critiquer ceux qui participent à des chaînes humaines autour des écoles en présence de leurs enfants. À titre de parent, et non de ministre, précise-t-il, M. Blais s'inquiète du rôle que jouent les enfants dans les manifestations. Comme si un enjeu supérieur n'existait pas dans cette mobilisation populaire. Selon lui, les enfants ne devraient pas être mêlés à la politique, car ils ne comprennent pas la nature des messages que l'on veut livrer.

Est-ce dire que le ministre fera dorénavant des conférences de presse sans aucun enfant autour de lui lors de l'ouverture d'une nouvelle école ou de l'inauguration d'une cour d'école? Est-ce dire qu'à la prochaine campagne électorale, il sera interdit aux candidats libéraux de prendre un bambin dans leurs bras? Est-ce dire aux parents de ne pas souffler mot de ce qui se passe à l'école devant leurs rejetons, sauf pour souligner que c'est une période difficile à passer et que tout fonctionnera bien lorsque le gouvernement dégagera des surplus et accordera des baisses d'impôt?

Certes, il n'appartient pas aux petits de prendre le micro pour porter les revendications des «grands». Ils peuvent cependant participer avant le début des cours à une chaîne humaine pacifique avec leurs parents manifestant leur attachement à l'éducation et à l'école publique. Ce n'est pas ça qui va leur nuire. C'est si rare au Québec que la population se porte à la défense de l'éducation. Le ministre devrait profiter de cette mobilisation pour faire du Québec une véritable société du savoir, de l'école primaire à l'université, et miser sur les meilleures pratiques pour mener le plus grand nombre d'enfants vers la réussite.

Les parents jouent le jeu des syndicats? On ne peut nier que la participation des parents sert la cause du personnel en négociation avec le gouvernement. Il est cependant très méprisant de penser que les parents sont incapables de constater par eux-mêmes une dégradation des services.

En juin, M. Blais et le premier ministre Couillard affirmaient qu'ils voulaient donner une voix plus forte aux parents dans le nouveau modèle de gouvernance scolaire qu'ils proposeront cet automne. Les voix discordantes ne seront manifestement pas bienvenues.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer