Des élèves écoperont

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le premier ministre Couillard reproche au chef du PQ, Pierre Karl Péladeau, de vivre dans un monde parallèle et imaginaire. Le personnel des écoles et les parents d'élèves en difficulté peuvent formuler la même critique à l'égard de son gouvernement. Quelque 265 orthopédagogues, orthophonistes, psychologues, conseillers en orientation et autres professionnels ne seront plus dans les écoles à la rentrée pour soutenir les élèves et les enseignants, conséquence des compressions budgétaires. Les besoins de centaines d'enfants sont pourtant réels.

Québec répète inlassablement qu'il est possible de comprimer les dépenses administratives plutôt que de réduire les services directs aux élèves. Or, dans la vraie vie, les plans d'effectifs adoptés par les commissions scolaires se traduisent par le départ de professionnels, constatent la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation, mais aussi la Fédération des comités de parents, qui se demande combien d'enfants le gouvernement va laisser tomber. 

Le gouvernement n'y est bien sûr pour rien. «Les commissions scolaires ont encore les sommes dans leurs fonds et elles s'occupent de déployer leurs ressources au meilleur, bien sûr, de leurs capacités et de la situation actuelle», a répondu mercredi le ministre de l'Éducation, Français Blais, à une question du député caquiste Jean-François Roberge. Des propos - «du grand n'importe quoi», selon M. Roberge - qui n'apaiseront pas la crainte des parents.

Le ministre rappelle que Québec consacre 2,3 milliards $ à l'intégration des élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA). La Fédération des commissions scolaires indique de plus que ses membres ajoutent annuellement 150 millions $ à l'enveloppe. L'intégration, «c'est un choix exigeant, c'est un choix onéreux, il faut bien le dire», a souligné M. Blais.

Réduire les ressources professionnelles dans les écoles, même pour une période de transition d'un an, est une décision peu judicieuse. C'est un choix qui peut même s'avérer coûteux à long terme. Rappelons certaines réalités.

Notre taux de décrochage demeure élevé. Environ 72 %des élèves obtiennent un diplôme d'études secondaires. Laisser des enfants buter sur leurs problèmes de lecture ou d'écriture, abandonner des jeunes à leur anxiété et à leur détresse, fermer les yeux sur leurs troubles de comportement et renoncer à outiller des élèves afin qu'ils demeurent sur les bancs d'école n'est sûrement pas la meilleure façon d'accroître la réussite et la diplomation.

Le déclin démographique impose pourtant de ne pas perdre de joueurs, de bras et de cerveaux. La productivité et la capacité d'innover du Québec reposent notamment sur la qualité et la disponibilité d'une main-d'oeuvre compétente.

Québec doit également se préoccuper de la santé de ses jeunes citoyens. Le Collectif pour l'accès à la psychothérapie rappelait récemment que 75 % des problèmes de santé mentale se manifestent avant l'âge de 25 ans et que la prévalence annuelle des troubles anxieux et de dépression chez les jeunes de 12 à 24 ans est de 2 à 7 %. Le milieu scolaire est un bon endroit pour faire de la prévention et du dépistage, et pour donner des services. Pour cela, il faut que les spécialistes soient présents et en nombre suffisant dans les écoles.

Pour certains, leur présence et leurs interventions ont cependant le défaut d'engendrer des coûts pour l'État. Les sommes consacrées à l'intégration des élèves en difficulté ont décuplé depuis 10 ans, a noté mercredi le ministre. Et pour cause, le nombre d'EHDAA a connu une hausse de 50 % entre 2001 et 2012. La proportion de ce type d'élèves dans les classes a passé durant la même période de 12 % à 20 %.

La priorité des commissions scolaires et du ministère devrait être de mieux s'attaquer à cette réalité et non de nier le problème et les besoins.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer